Israel al bell mig del conflicte entre els EUA i Iran

La liquidació del general iranià Soleimani ha accentuat les tensions bèl·liques entre els EUA i Iran, i les del règim xïita amb Israel per qui l’amenaça iraniana és de caràcter existencial i es concreta en la possibilitat que es pugui dotar d’armament atòmic i que encercli l’estat hebreu per territoris controlats pels míssils dels seus aliats (Hesbol·là, Hamàs, o el Houtis), com alerta Uzi Rubin en un informe publicat abans d’ahir pel BESA Center.

Israel es troba al bell mig de les tensions geoestratègiques de l’Orient Mitjà com assenyalà el proppassat 2 de gener Frank Musmar en aqueix report també publicat al BESA Center: “Israel Could Be Key to 2020 Middle East Geopolitics“. Tot i ser aliats, els EUA i Israel afronten el conflicte amb Iran en paral·lel, tal com expliquen Jacob Nagel i Jonathan Schanzer abans d’ahir al Jerusalem Post i que avui ha versionat al francès JForum:

Dans un discours rare et très ouvert qu’il a prononcé le jour de Noël, le chef d’état–major de Tsahal Aviv Kochavi a décrit les défis militaires d’Israël pour l’année à venir. C’était la première fois, depuis de nombreuses années, que les militaires israéliens se joignaient aux dirigeants politiques d’Israël pour identifier l’agression régionale de l’Iran (différenciée de celle de ses supplétifs) comme une préoccupation majeure.

Dans une tournure surprenante des événements, deux jours plus tard, un auxiliaire des Iraniens a frappé une base américaine à Kirkouk et tué un contractant américain. Les États-Unis ont riposté à la milice chiite, le Kataib Hezbollah, incitant l’Iran à orchestrer un siège de l’ambassade à Bagdad. Quelques jours plus tard, les États-Unis ont abattu le chef de la Force iranienne Quds, Qassem Soleimani, lors d’une frappe de drone. Le régime iranien a répondu mardi soir en frappant des bases irakiennes abritant des militaires américains. Les tensions américano-iraniennes continuent de s’accroître.

Vu de loin, il semble qu’Israël et les États-Unis mènent la même bataille. Mais après un examen plus approfondi, les deux pays font face au défi de l’Iran de différentes manières.

Les deux gouvernements considèrent la menace conventionnelle posée par l’Iran et ses mandataires comme dangereuse. Alors que le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu l’ont tous deux pointée du doigt, la communauté internationale a choisi d’ignorer la menace conventionnelle pendant plusieurs années charnières, se concentrant plutôt sur les réalisations douteuses de l’accord nucléaire iranien de 2015, qui a enrichi le régime et a réduit la portée des restrictions nucléaires.

L’administration Obama a même enrôlé certains des supplétifs les plus dangereux de l’Iran dans la lutte contre l’État islamique. Pendant ce temps, l’Iran a développé de nouvelles capacités plus redoutables pour affaiblir les États-Unis et ses alliés en attaquant des installations pétrolières au Moyen-Orient, en harcelant des navires dans le détroit d’Ormuz, en soutenant le régime meurtrier d’Assad en Syrie et en soutenant des groupes terroristes comme le Hezbollah en Syrie, au Liban, le Hamas à Gaza ou les Houthis au Yémen.

Un autre sujet de préoccupation majeur concerne le dossier nucléaire. Les dirigeants iraniens ont déclaré en mai leur intention de reprendre des activités nucléaires plus agressives après le retrait de Trump de l’accord de l’année précédente. En juillet, les Iraniens ont commencé à stocker plus d’uranium, et ils ont également commencé à l’enrichir au-dessus des 3,67% autorisés (aujourd’hui, c’est à 4,5%). Le régime a commencé à s’engager dans une activité nucléaire au sein de l’installation connue sous le nom d’Arak. Puis, en septembre, la République islamique a commencé à exploiter des centrifugeuses avancées à Natanz, une installation nucléaire dans le centre de l’Iran. En novembre, le régime a commencé à enrichir l’uranium à Fordow, l’installation auparavant secrète construite sous une montagne, exposée pour la première fois en 2009.

Le résultat final : l’Iran a franchi le seuil de l’uranium faiblement enrichi, raccourcissant considérablement le temps nécessaire pour produire suffisamment de matières fissiles afin de fabriquer un dispositif nucléaire.

Les États-Unis ont l’intention de contraindre l’Iran à se conformer aux exigences internationales par le maintien de sanctions sévères, imposées principalement sur une base unilatérale. Trouver des partenaires internationaux disposés à contraindre l’Iran n’a pas été facile, mais le Trésor américain et le dollar américain dominent le système financier international. Même les pays qui ne veulent pas coopérer le font à contrecœur.

Dans l’intervalle, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) s’efforce toujours de résoudre les problèmes liés aux activités nucléaires de l’Iran, en particulier les violations de l’Accord de garanties généralisées révélées par des documents qu’Israël a capturés lors d’un raid sur un entrepôt nucléaire iranien en 2018. La non-conformation de l’Iran était solidement établie, après plusieurs visites d’inspecteurs de l’AIEA sur les sites révélés par ces documents.

La première priorité américaine est d’empêcher l’Iran d’obtenir une bombe nucléaire et de défendre les actifs américains dans la région. Mais la politique est également fondée sur l’incitation au changement du régime iranien. Le secrétaire d’État Mike Pompeo a défini 12 exigences que l’Iran doit respecter pour prouver qu’il est un «pays normal». Cela va de l’arrêt du parrainage du terrorisme à l’étranger à l’interruption d’autres comportements déstabilisateurs au Moyen-Orient.

La frappe contre SOLEIMANI a signalé un changement potentiel de politique. Mais il est tout à fait difficile de savoir si Trump est déterminé à punir l’Iran à cause d’attaques similaires, ou même moindres, contre les intérêts américains à l’avenir. Le président a récemment envoyé plus de 3 000 soldats supplémentaires dans la région et a menacé de frapper 52 cibles à travers l’Iran si le régime franchissait sa ligne rouge. Mais les tendances isolationnistes du président, associées aux demandes du Congrès d’autoriser tout nouveau conflit au Moyen-Orient, pourraient entraver le lancement d’un conflit soutenu des Etats-Unis contre la République islamique.

Israël, en revanche, est déjà engagé dans un processus guerrier. L’État juif s’est engagé à utiliser tous les moyens disponibles pour arrêter le programme nucléaire iranien. Les Israéliens sont également à la recherche continue de missiles à guidage de précision que l’Iran cherche à fournir à ses séides. En conséquence, la destruction de sites dans les territoires sous contrôle iranien à travers le Moyen-Orient, en particulier en Syrie et en Irak, est un phénomène régulier. Israël a également éradiqué des cadres de supplétifs iraniens lorsqu’ils se sont rapprochés trop près de la frontière israélienne ou lorsqu’ils étaient considérés comme une menace (ces frappes ont peut-être montré à Trump à quel point des opérations limitées peuvent réussir contre l’Iran).

Entre-temps, Israël a également été contraint de faire face aux menaces immédiates du Hezbollah au Liban et du Hamas à Gaza. Il s’agit de groupes terroristes armés, entraînés et financés par la machine de guerre de Soleimani.

La «guerre entre les guerres» continue de s’intensifier entre Israël et les Iraniens. Des éléments de la nouvelle stratégie de sécurité nationale d’Israël définissent les moyens par lesquels Israël pourrait augmenter la mise. D’une part, les Israéliens ont promis de frapper, non seulement, les auteurs des attaques, mais aussi les cerveaux et autres personnes impliquées dans des actes de violence perpétrés contre eux. Israël a également indiqué clairement qu’il ne reculerait pas pour frapper le pays hôte d’un ennemi et ses infrastructures essentielles. En d’autres termes, Israël a averti l’Iran d’une manière que, jusqu’à l’avertissement récent de Trump, les États-Unis ne pouvaient pas concevoir.

Ainsi, alors que la récente confrontation entre les États-Unis et l’Iran a peut-être rapproché les deux efforts, Israël et les États-Unis semblent lutter contre les avancées iraniennes sur différents fronts et de manière disparate. Israël, en fait, est resté remarquablement calme au lendemain de la neutralisation de Soleimani.

Pourtant, les deux pays peuvent continuer à bénéficier l’un de l’autre dans l’esprit d’une alliance qui profite aux deux parties depuis des décennies. Cela comprend des domaines tels que le renseignement, les armes de cyberguerre et de haute technologie, comme les drones et l’intelligence artificielle. L’engagement des deux pays envers la défense antimissile multicouche, par le biais de systèmes développés conjointement et indépendamment, est un autre domaine de coopération qui pourrait s’avérer crucial, si l’Iran choisissait de poursuivre l’escalade. Les récentes attaques contre des bases américaines en Irak ne font que souligner comment le Dôme de Fer ou la fornde de David pourraient aider à assurer la sécurité des troupes américaines sur le champ de bataille.

Un domaine de friction potentiel, ces derniers mois, provient des rumeurs de diplomatie entre Trump et le président iranien Hassan Rouhani. Pour Israël, la préoccupation était la possibilité d’un accord qui ne tenait pas compte de la totalité de la menace iranienne. Cependant, après les assauts soutenus par l’Iran contre les atouts américains et les représailles américaines qui ont suivi, la possibilité de négociation semble lointaine. Pour être clair, Trump appelle toujours à des renégociations, mais une percée est peu probable alors que les États-Unis maintiennent leur campagne de pression maximale et continuent de mettre en garde contre une intervention militaire supplémentaire.

Avec les Iraniens en fâcheuse posture (au moins pour l’instant), il pourrait y avoir des opportunités de collaboration. Mais Israël et les États-Unis devraient continuer à gérer le défi iranien chacun à leur manière.

Afegeix un comentari

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *