Jaume Renyer

per l'esquerra de la llibertat

26 de març de 2013
5 comentaris

Antisemitisme i antisionisme

Una de les confusions imperants a la política catalana que cal aclarir és la relació existent entre antisemitisme i antisionisme. Ambdós fenòmens són manifestacions del que globalment avui coneixem com a judeofòbia, però mentre el primer hom l’identifica amb el racisme antijueu, el segon és el punt de trobada de tots els totalitarismes -islamisme, comunisme, nazisme- que deslegitimen l’Estat d’Israel.

 

Aqueix article de Benno Herzog, publicat al seu bloc al proppassat gener, s’esmerça a fer pedagogia d’aqueixa diferenciació teòrica mentre que la realitat quotidiana al nostre país -i arreu- ofereix exemples d’actes antijueus en els que conflueixen antisemitisme i antisionisme. La recent pintada pro-palestina al museu del call de Girona signada per Arran amb l’estelada i la falç i el martell o el rebuig del BNG i Alternativa Galega d’Esquerda a subscriure una declaració del Parlament de Galícia per commemorar el Dia Internacional en Record de les Víctimes de l’Holocaust en són dugues mostres. El fet que el legislatiu gallec no hagi remembrat l’holocaust nazi ha estat saludat pels qui a l’Europa d’avui reivindiquen l’ideari nacional-socialista. A criticar aqueixa actitud negacionista dels esmentats partits gallecs està dedicat aqueix apunt de Pedro Gómez-Valadés, president de l’Asociacion Galega de Amizade con Israel (AGAI) que ell mateix ha traduït al català:

“Després de tres anys consecutius en els que el Parlament de Galícia va commemorar amb una declaració institucional el Dia Internacional del Record de les Víctimes de l’Holocaust, aquest any la cambra gallega ha dit no. No a l’aprovació d’una modesta i senzilla declaració institucional amb la que el nostre parlament afegiria la seva veu a la memòria dels que tan sols tenen això. La nostra memòria. Milions d’assassinats en la barbàrie  nazi potser no són suficients per a que algunes senyories diputats i diputades facin un exercici de record i homenatge. Ni intenten justificar allò injustificable, curulls com estan de la supèrbia de la desraó.

Incomprensible en especial actitud del BNG que a un text idèntic, paraula per paraula del que sí que es va aprovar amb el seu vot favorable els anys 2010, 2011 i 2012 ara, en la seva carrera sabran ells cap a on, veten, juntament amb AGE la possibilitat d’aconseguir la unanimitat reglamentaria necessària per a que el Parlament pogués emetre una declaració. Veuran ses senyories d’AGE i del BNG en el seu veto una victòria? De què? Per què? Per fer què? Perquè el que jo veig és només una desfeta sense pal·liatius de la dignitat d’una institució. Perquè la responsabilitat directa d’aquesta disbauxa recau damunt dels que veten, però la seva actitud embruta a tota una institució que ens representa a tots els gallecs i gallegues.

I amb actituds que, m’atreveixo a qualificar de miserables, no es pot aspirar a construir res de positiu. I miserable és ignorar i menysprear a milions de víctimes de la negra marea que va assolar Europa als anys quaranta del segle passat. Miserable i indecent (així ho sento i així ho escric) és el trepitjar la memòria de centenars de gallegues i gallecs, republicans i galleguistes, morts als camps de l’horror nazi.

A ses senyories no els molesta el fum. El fum gris de les xemeneies d’Auschwitz o de Treblinka, de Mauthaussen o de Buchenwald. Esperem que el proper any el sentit comú i la dignitat tornin al nostre Parlament i situï el seu nom una altra vegada al mapa de les institucions europees que recorden cada 27 de gener, per mandat de les Nacions Unides, que una vegada no fa pas tant, unes negres xemeneies negres van ser protagonistes de la nostra història com a europeus i com a éssers humans. Esperem que el proper any, el far del fum gris d’aquestes xemeneies no ens confongui de nou.”

Post Scriptum, 27 de març del 2013.

Recomano la lectura de l’apunt “Atacar els jueus, o els catalans, pel sol fet de ser-ho, només té un nom: xenofòbia, que cal aturar per no repetir errades del passat“, del periodista Santi Capellera, publicat ahir al seu bloc.

Post Scriptum, 2 de febrer del 2015.

El jutge Sauri Sastry de la ciutat alemanya d’Essen ha condemnat un grup de manifestants que l’estiu passat van voler atacar una sinagoga tot equiparant l’antisionisme amb l’antisemitisme tal com explica aqueix article aparegut avui a The Times of Israel.

Post Scriptum, 29 d’agost del 2016.

Jewish Forum va publicar ahir en versió francesa aqueix article de Manfred Gerstenfeld titulat “Pourquoi la définition de l’Antisémitisme importe” on exposa l’estat dels treballs per actualitzar-ne el concepte:

“Dans le combat contre l’antisémitisme, une définition adéquate des caractéristiques de cette incitation à la haine est cruciale. De trop nombreuses autorités, organisations et personnalités, dans les sociétés occidentales, ont un intérêt direct à la minoration et à la banalisation des actes antisémites. Dans ce cadre, l’adoption récente d’une définition de travail de l’antisémitisme par l’Alliance Internationale pour le Souvenir de la Shoah (IHRA) – un organisme dont l’objectif est de promouvoir l’enseignement, la recherche et le souvenir de la Shoah – prend une importance énorme. L’accord de la totalité des 31 pays-membres de l’IHRA était requise afin d’approuver cette définition.

On peut lire, dans cette définition de travail : « L’Antisémitisme correspond  à une certaine perception des Juifs, qui peut s’exprimer comme une haine envers les Juifs. Des manifestations rhétoriques et physiques d’antisémitisme sont dirigées envers des personnes juives et non-juives et/ou leurs biens, envers les institutions de la communauté juive et leurs établissements religieux ».

Ce texte résumé est accompagné par une explication plus développée. Un élément important de tout ceci est qu’il comprend les manifestations discriminatoires prenant l’Etat Juif pour cible », conçu comme collectivité juive »[1].

 Ce texte de la définition et son explication ne sont pas nouvelles. L’accroissement majeur des incidents antisémites au cours du siècle actuel et l’intensification des attaques verbales contre Israël ont créé un besoin plus grand d’une mise à jour de la définition de l’antisémitisme qui puisse aussi dévoiler ses permutations et transformations anti-israéliennes. La définition – maintenant adoptée par l’IHRA – a été présentée en tant que définition de travail, il y aplus de dix ans par un organisme alors appelé le centre Européen d’Observation du Racisme et de la Xénophobie (EUMC)

La définition de l’EUMC a été progressivement acceptée par de nombreux cercles de réflexion. Par exemple, les délégués de la Conférence de Cordoue de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (l’OSCE) a fréquemment fait référence à cette définition. Dans un autre exemple, en 2006, le  Rapport de la Commission d’Enquête transpartisane sur l’Antisémitisme avait recommandé l’adoption et la promotion de cette définition de l’EUCM par le Gouvernement britannique et les services du maintien de l’ordre[2]« .  constatant l’explosion actuelle de l’antisémitisme au sein du parti travailliste britannique, cela vaut la peine de mentionner que ce rapport était à l’initiative d’un député du parti travailliste et que l’enquête elle-même était dirigée par un autre député du parti travailliste, alors que 6 de ses 14 membres étaient députés du Parti Travailliste.

L’Agence pour les Droits Fondamentaux de l’Union Européenne (FRA) a succédé à l’EUMC. Le texte a, sur ce point, servi de définition de travail de l’Antisémitisme pour le FRA; En 2013, le FRA a brusquement supprimé cette définition de son site internet. Cela peut très bien être dû au fait que si on avait voulu réellement appliquer cette définition d’une Agence de l’Union Européenne, cela aurait immédiatement révélé que l’Union Européenne elle-même commet des actes antisémites, de temps en temps[3]. Bien qu’elle n’ait pas de définition officielle de travail sur l’antisémitisme, le Département d’Etat américain a publié une fiche descriptive, qui mentionne certains exemples supplémentaires d’antisémitisme en plus de ceux soulignés par le document du FRA[4].

Si on utilise la définition de l’IHRA, il devient évident que les activités de BDS sont antisémites, du seul fait qu’elles ne s’appliquent qu’à Israël. La même chose est vraie pour les diverses règles de l’Union Européenne concernant la Judée-Samarie, territoire disputé, ainsi que le Golan, qui, là encore,ne s’appliquent qu’à Israël[5].  C’est d’autant plus intéressant que l’IHRA comporte 24 pays de l’UE parmi ses membres.

Le Centre Simon Wiesenthal a situé le comportement stigmatisant de l’Union Européenne comme le troisième incident antisémite/anti-israélien de l’année 2015, notant que « L’Union Européenne a choisi de ne labelliser que les produits israéliens des Hauteurs du Golan et des territoires disputés en Judée-Samarie, ignorant les produits des autres territoires disputés dans le monde, tels que le Sahara Occident, le Cachemire, le Tibet et les produits des zones contrôlées par le Hamas et le Hezbollah terroriste. Cet usage de normes à deux vitesses contre Israël seulement est absolument typique de l’anti-israélisme moderne et ces pratiques ont été au cœur de l’antisémitisme depuis des siècles[6]« .

Lisant la définition de l’IHRA d’un œil critique, un inconvénient important apparaît. son texte d’explication dit que c’est un acte antisémite d’appliquer des double-standards en requérant d’Israël un comportement qui n’est ni attendu ni exigé d’un autre pays démocratique.

En discutant avec certains de ceux qui ont élaboré la définition originale de l’EUMC, aucun d’entre eux n’est en mesure d’expliquer pourquoi ce mot « démocratique » a été introduit dans cette phrase. En effet, pourquoi devrait-on uniquement considérer le comportement des pays démocratiques? En fait, puisqu’ils ne constituent même pas un pays, cette notion offre aux Palestiniens un bon moyen de s’en sortir indemnes. Les cercles dirigeants de l’AP glorifient fréquemment ceux qui ont assassiné des civils israéliens ou d’autres nationalités.

Ils ne peuvent pas démentir ce point, alors que c’est tellement évident. Cependant, puisque l’AP n’est pas démocratique, elle semble donc habilitée à bénéficier d’une norme moindre. Par déduction, cela pourrait vouloir dire que les Palestiniens sont un peuple inférieur. Pourtant la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme considère tous les peuples comme égaux et responsables de leurs actes[7].  La même chose devrait être vraie pour tous les pays, démocratiques ou non.

On n’insistera jamais assez sur l’importance de la définition de l’IHRA. C’est actuellement très clair, si on envisage les nombreux milieux qui minorisent et banalisent l’antisémitisme au sein du Parti Travailliste britannique. Le phénomène n’est pas nouveau. Il y a plus de dix ans, le Sociologue français Shmuel Trigano avait révélé les mécanismes employés par le gouvernement socialiste de Jospin, à l’époque, pour manipuler et minorer l’importance de nombreux actes antisémites, en France, au début de la Seconde Intifada.

Il disait alors que les « socialistes se préparaient aux élections de 2002 et qu’ils devaient montrer leurs réalisations. Donner trop de publicité aux incidents antisémites ne leur aurait pas convenu dans ce but. On a fini par découvrir que les rapports de police sur ces incidents au Ministère de l’Intérieur étaient souvent incomplet[8].

Il est pratique de disposer d’une définition sous la main. Cependant, la définition de l’IHRA, même si elle n’est pas contraignante sur le plan juridique, ouvre aussi de nombreuses opportunités dans le combat contre l’antisémitisme. Il peut être difficile de convaincre ne serait-ce qu’un seul des trente et un pays membres d’adopter cette définition comme juridiquement contraignante au niveau national. Pourtant, on peut analyser des cas d’antisémitisme dans divers pays et envoyer à leurs gouvernements la question logique qu’on en déduit : « Vous avez voté pour la définition de l’IHRA, pourquoi ne l’appliquez-vous pas à ces incidents qui se déroulent dans votre propre pays? »

Un exemple de la façon dont cela peut se faire concerne les Pays-Bas. Récemment,le Ministre des Affaires étrangères Bert Koenders a expliqué que la Hollande autorise la promotion de BDS selon ses lois concernant la liberté d’expression, pourtant le gouvernement lui-même s’oppose à BDS. Pourtant, même cette dernière proposition est fausse, de manière flagrante, parce qu’il donne de vastes quantités d’argent à plusieurs ONG faisant la promotion de BDS. L’une d’entre elles, Cordaid, a reçu presque un demi-milliard d’Euros de subventions de la part du gouvernement hollandais, entre 2007 et 2011[9]. Des subventions gouvernementales supplémentaires ont été versées ces dernières années.

Koenders s’est aussi exprimé en faveur de la labellisation des produits israéliens, sans jamais proposer un tel marquage dans aucun autre cas[10]. Sa posture tombe sous le coup de la définition de l’Antisémitisme selon l’IHRA. Ce n’est que l’un des centaines de cas que l’on peut dévoiler en tant qu’acte antisémite dans de nombreux autres pays membres de l’IHRA.

Post Scriptum, 6 de març del 2018.

Jewih Forum, edició francesa, publica aqueixa entrevista amb Mark Weitzmann sobre “L’histoire de la définition de l’Antisémitisme de l’IHRA”.

Post Scriptum, 21 de febrer del 2019.

El proppassat 12 d’aqueix mes Asaf Romirowsky va publicar un interessant report als Perspectives Paper número 1.089 del BESA Center titulat “The Anti-Israel Religion”, on convergeixen l’antisemitisme històricament multidimensional amb el modern antisionisme. Per altra part, un grup de diputats francesos està preparant una proposició de llei per la qual l’antisionisme sigui considerat una forma d’antisemitisme, segons informa avui Le Figaro. El president Macron s’hi ha referit en el seu discurs d’ahir al vespre al sopar del CRIF a París, tal com recull The Times of Israel.

Post Scriptum, 5 de març del 2019.

Libération publicà el proppassat 28 de febrer aqueix manifest: “L’antisionisme est une opinion, pas un crime“, signat per quatre-centes personalitats de la vida pública francesa:

Monsieur le Président, vous avez récemment déclaré votre intention de criminaliser l’antisionisme. Vous avez fait cette déclaration après en avoir discuté au téléphone avec Benyamin Nétanyahou, juste avant de vous rendre au dîner du Crif.

Monsieur le Président, vous n’êtes pas sans savoir que la Constitution de la République énonce en son article 4 que «la loi garantit les expressions pluralistes des opinions.» Or, l’antisionisme est une opinion, un courant de pensée né parmi les juifs européens au moment où le nationalisme juif prenait son essor. Il s’oppose à l’idéologie sioniste qui préconisait (et préconise toujours) l’installation des juifs du monde en Palestine, aujourd’hui Israël.

L’argument essentiel de l’antisionisme était (et est toujours) que la Palestine n’a jamais été une terre vide d’habitants qu’un «peuple sans terre» serait libre de coloniser du fait de la promesse divine qui lui en aurait été donnée, mais un pays peuplé par des habitants bien réels pour lesquels le sionisme allait bientôt être synonyme d’exode, de spoliation et de négation de tous leurs droits. Les antisionistes étaient, et sont toujours, des anticolonialistes. Leur interdire de s’exprimer en prenant prétexte du fait que des racistes se servent de cette appellation pour camoufler leur antisémitisme, est absurde.

Monsieur le Président, nous tenons à ce que les Français juifs puissent rester en France, qu’ils s’y sentent en sécurité, et que leur liberté d’expression et de pensée y soit respectée dans sa pluralité. L’ignominie des actes antisémites qui se multiplient ravive le traumatisme et l’effroi de la violence inouïe dont leurs parents ont eu à souffrir de la part d’un Etat français et d’une société française qui ont largement collaboré avec leurs bourreaux. Nous attendons donc de vous que vous déployiez d’importants moyens d’éducation, et que les auteurs de ces actes soient sévèrement punis. Mais nous ne voulons certainement pas que vous livriez les juifs de France et leur mémoire à l’extrême droite israélienne, comme vous le faites en affichant ostensiblement votre proximité avec le sinistre «Bibi» et ses amis français.

C’est pourquoi nous tenons à vous faire savoir que nous sommes antisionistes, ou que certains de nos meilleurs amis se déclarent comme tels. Nous éprouvons du respect et de l’admiration pour ces militants des droits humains et du droit international qui, en France, en Israël et partout dans le monde, luttent courageusement et dénoncent les exactions intolérables que les sionistes les plus acharnés font subir aux Palestiniens. Beaucoup de ces militants se disent antisionistes car le sionisme a prouvé que lorsque sa logique colonisatrice est poussée à l’extrême, comme c’est le cas aujourd’hui, il n’est bon ni pour les juifs du monde, ni pour les Israéliens, ni pour les Palestiniens.

Monsieur le Président, nous sommes des citoyens français respectueux des lois de la République, mais si vous faites adopter une loi contre l’antisionisme, ou si vous adoptez officiellement une définition erronée de l’antisionisme qui permettrait de légiférer contre lui, sachez que nous enfreindrons cette loi inique par nos propos, par nos écrits, par nos œuvres artistiques et par nos actes de solidarité. Et si vous tenez à nous poursuivre, à nous faire taire, ou même à nous embastiller pour cela, eh bien, vous pourrez venir nous chercher.

Premiers signataires : Gilbert Achcar universitaire Gil Anidjar professeur Ariella Azoulay universitaire Taysir Batniji artiste plasticien Sophie Bessis historienne Jean-Jacques Birgé compositeur Simone Bitton cinéaste Laurent Bloch informaticien Rony Brauman médecin François Burgat politologue Jean-Louis Comolli cinéaste Sonia Dayan-Herzbrun sociologue Ivar Ekeland universitaire Mireille Fanon-Mendès France ex-experte ONU Naomi Fink professeure agrégée d’hébreu Jean-Michel Frodon critique et enseignant Jean-Luc Godard cinéaste Alain Gresh journaliste Eric Hazan éditeur Christiane Hessel militante et veuve de Stéphane Hessel Nancy Huston écrivaine Abdellatif Laâbi écrivain Farouk Mardam-Bey éditeur Gustave Massiah économiste Anne-Marie Miéville cinéaste Marie- José Mondzain philosophe Ernest Pignon-Ernest artiste plasticien Elias Sanbar écrivain, diplomate Michèle Sibony enseignante retraitée Eyal Sivan cinéaste Elia Suleiman cinéaste Françoise Vergès politologue. Liste complète des signataires disponible sur : https://bit.ly/2BTE43k

Post Scriptum, 25 de maig del 2021.

Rafaël Amselem, professor de Dret Públic de la Universitat de la Sornonne, publicà ahir a Le Point aqueix article que demostra que L’antisionisme est bien un antisémitisme: Partout, la cause palestinienne est dévoyée pour justifier les attaques contre des juifs, alors qu’on refuse à ces derniers le droit à l’autodétermination.

Des voitures en nombre s’ameutent dans une rue. Un message est diffusé via des haut-parleurs. Le ton est agressif, et même menaçant. Un slogan, terrible, est alors prononcé : « Fuck jews, rape their girls » (fuck les juifs, violez leurs filles). La scène ne se déroule pas en 1940 sous occupation allemande ni sur une terre en proie au conflit israélo-paslestinien : elle se passe en plein milieu de Londres, en 2021. Les voitures en question arborent le drapeau palestinien pour bien signifier leur appartenance militante dans l’espace public. Le lieu n’est d’ailleurs pas choisi au hasard : il s’agit de Fichley Road, le deuxième plus gros quartier juif de la capitale anglaise. Non seulement cet acte est antisémite, mais ses auteurs voulaient expressément que leur appel soit entendu par leurs victimes.

Du lien entre antisémitisme et antisionisme

L’antisionisme est-il une forme d’antisémitisme ? Beaucoup continuent à le nier. Après tout, le premier est une objection à un État, tandis que le second s’attaque à un groupe de personnes. Déjà, en décembre 2019, lors de l’adoption de la définition de l’antisémitisme selon les termes de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA) à l’Assemblée nationale, le débat avait été houleux. Cette définition assimilait, en effet, les deux concepts. De quoi causer les remous habituels du côté de la gauche radicale : Jean-Luc Mélenchon, le leader de La France insoumise parlait alors « d’une volonté de provocation qui sidère ».

L’explosion des actes antisémites depuis la résurgence du conflit israélo-palestinien devrait pourtant nous amener à traiter cette problématique avec plus de sérieux et de nuance. Explosion, le mot est choisi. Il s’agit, par exemple, de cette vidéo de militants anti-israéliens qui poursuivent un juif, sans doute promis au lynchage, dans un parking au Canada et dans l’indifférence générale des autres conducteurs présents. Une scène similaire a eu lieu dans les rues de New York. Il s’agit encore de 200 militants pro-palestiniens à Francfort qui ont tenté de se rendre dans une synagogue, obligeant la police à fermer l’accès au quartier. Toujours en Allemagne, une autre manifestation où on pouvait entendre le slogan « juifs de merde ». Pensons encore à ce rassemblement en Belgique où des cris « mort aux juifs » ont été proférés. Le Jewish News au Royaume-Uni évoque quant à lui une hausse de 438 % des actes antisémites depuis le début des heurts entre Israéliens et palestiniens. Si antisionisme n’est pas synonyme d’antisémitisme, il est quand même tout à fait malheureux que le hasard s’acharne à ce point pour que les juifs soient les cibles privilégiées des mouvements antisionistes.

Mais le hasard n’existe que pour celles et ceux qui préfèrent le déni à la vérité. Car l’antisionisme est bel et bien une forme d’antisémitisme. Le lien entre les deux n’a strictement rien d’énigmatique. C’est Rabbi Lord Jonathan Sacks – ancien Grand Rabbin d’Angleterre, mais aussi éminent intellectuel au Royaume-Uni – qui l’exprime le mieux. Qu’est-ce que l’antisionisme ? Le rejet, dans son principe même, d’une autodétermination juive. Il dénie donc aux seuls juifs l’accès à un droit qui est pourtant, selon tous les textes internationaux, universel. L’antisionisme s’inscrit ainsi dans la droite lignée de ce qu’a toujours été l’antisémitisme : le rejet aux seuls juifs de droits d’existence collective strictement équivalents aux autres.

De l’Israélien au juif, la frontière est donc mince. Voilà pourquoi l’antisionisme aboutit irrémédiablement à des actes antisémites. Le juif devient, par sa seule existence, complice du meurtre d’enfants palestiniens. Son méfait trouve pour réponse une « résistance » qui se doit de combattre le colon partout où il se trouve.

Le mutisme de la gauche radicale

La gauche radicale multiplie les pirouettes intellectuelles pour éviter d’avoir à répondre de ce lien. « Soit tu soutiens la politique de Netanyahou, soit tu es antisémite » serait ainsi, selon les dires de l’historien Christian Delporte, le dilemme qui prévaudrait dans le débat public lorsqu’il s’agit d’évoquer la politique du gouvernement israélien. Sauf que cette alternative est inventée de toutes pièces. Les Israéliens opposés à la politique de Netanyahou seraient-ils des antisémites ? Cette réponse, systématique chez de nombreux militants, n’a aucun sens, si ce n’est de ne pas admettre les liaisons dangereuses entre antisémitisme et antisionisme.

La réaction de la gauche radicale est d’autant plus suspecte quand on observe son traitement médiatique du conflit actuel. Pas une seule déclaration sur les différents actes antisémites de ces derniers jours, mais il lui sied, soudainement, de s’indigner de l’instrumentalisation de l’antisémitisme par Gérald Darmanin lorsqu’il invoque les agressions de 2014 pour interdire la manifestation de samedi dernier. Interdiction, certes, regrettable sur le plan des libertés publiques, mais la cohérence voudrait qu’on condamne toutes les formes d’instrumentalisation de l’antisémitisme, et non celle de ses seuls opposants politiques.

La défense des Palestiniens n’est en aucun cas assimilable à de l’antisémitisme. Pas plus que ne l’est la critique d’un gouvernement. Personne ne se déclare d’une telle doctrine. En revanche, le rejet de principe d’une autodétermination juive l’est. Il est inadmissible de voir que le slogan visant à libérer la Palestine « de la mer au Jourdain » trouve ses porte-parole en France, comme monsieur Taha Bouhafs ou la FSE. La diabolisation du seul État israélien ne coûte pas cher derrière son clavier, comme lorsqu’on omet d’évoquer les exactions du Hamas envers des civils, qu’on l’accuse encore des pires outrages à la condition humaine en parlant de génocide. La propagande de salon est donc aisée. Mais ce sont bien les juifs qui paieront le prix fort de ces procédés calomnieux.

Post Scriptum, 8 d’octubre del 2021.

El 26 de maig de 2016, els 31 estats membres de la International Holocaust Remembrance Alliance van adoptar una definició, jurídicament no vinculant, d«antisemitisme»: «El antisemitismo es una cierta percepción de los judíos que puede expresarse como el odio a los judíos. Las manifestaciones físicas y retóricas del antisemitismo se dirigen a las personas judías o no judías y/o a sus bienes, a las instituciones de las comunidades judías y a sus lugares de culto».

Aqueixa iniciativa ha estat contestada al març d’enguany per “The Jerusalem Declaration on Antisemitism is a tool to identify, confront and raise awareness about antisemitism as it manifests in countries around the world today. It includes a preamble, definition, and a set of 15 guidelines that provide detailed guidance for those seeking to recognize antisemitism in order to craft responses. It was developed by a group of scholars in the fields of Holocaust history, Jewish studies, and Middle East studies to meet what has become a growing challenge: providing clear guidance to identify and fight antisemitism while protecting free expression. It has over 200 signatories.”

La definició que proposen és aqueixa: “Antisemitism is discrimination, prejudice, hostility or violence against Jews as Jews (or Jewish institutions as Jewish).” De fet el seu propòsit és legitimar l’antisionisme, el BDS i deslegitimar l’estat d’Israel.

  1. La confusió entre antisemitisme i antisionisme va ser obra dels sionistes mateixos, que sempre han qualificat d’antisemita qualsevol crítica a l’Estrat d’Israel.
  2. Bon dia, Jaume

    Como no me canso “hacer pedagogía”, por favor, permiteme una pequeña crítica:

    El término más conocido globalmente no es judeofobía (lo utiliza sólo una minoría p.ej. Taguieff) sino antisemitismo. Y el antisemitismo tampoco es sólo el prejuicio racial contra los judíos sino una lógica específica que cambia con el contexto socio-histórico. Conocemos por ejemplo el antisemitismo islámico, el antisemitismo de la derecha y también el antisemitismo de la izquierda. Aunque se expresan de formas diferentes, los patrones semánticos subyacentes son los mismos. La propuesta internacional, por tanto, es utilizar el término antisemitismo como término genérico bajo el cual encontramos muchas expresiones diferentes.

    En el artículo mío que citas no intento separar antisemitismo y antisionismo sino mostrar que el antisionismo dominante en la izquierda es la forma más común aquí y ahora del antisemitismo. En otras palabras: el antisionismo de la izquierda es la apariencia (forma de expresarse) de lo que en esencia (en el fondo) es antisemitismo. Por tanto: aunque apariencia y esencia son diferentes, en realidad son inseparables. Esto es lo que se ha visto en Girona y en el parlamento Gallego: se ha expresado algo que aparece (se autodefine) como antisionismo y que en el fondo es antisemitismo.

  3. Antisemitisme és incorrecte en el cas de les pintades, ja que els palestins també són semites.

    Ja ho deies bé anti-jueus i anti-sionistes. 

    Un antisemita està en contra tant de jueus com d’àrabs, no pots estar-ho només amb una part. 

    Hi ha gent que considera el judeisme una simple religió més i per tant no són cap poble i per això no tenen dret a cap estat.

    A aquest argument si hi afegim el punt de vista ateu, no són ni una religió.

    Amb 2000 anys han tingut temps suficent per integrar-se allà on van anar a parar.

  4. Quan parlem de antisemitisme no te cap sentit argumentar que el arabs també són semites. La paraula “antisemitisme” apareix a Europa al segle XIX en un contexte social e històric completament diferent a la descripció del llengües semites”.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *

Aquest lloc està protegit per reCAPTCHA i s’apliquen la política de privadesa i les condicions del servei de Google.

Us ha agradat aquest article? Compartiu-lo!