Coronavirus : on és la segona onada ?

L’anàlisi de les dades de les agències de salut pública dels estats europeus sobre les defuncions  pel nou coronavirus no permet  veure una segona onada de l’epidèmia.

Si és veritat que es pot hi haver aquest estiu a vegades més casos (sovint a causa de l’augment del nombre de proves), cal contemplar els indicis de gravetat de la malaltia per saber si parlem d’un tema important o d’una malaltia generalment sense gravetat que fa avui molt menys defucions que moltes altres.

Cal recordar que cada any a europa hi a aproximadament una defunció per cent habitants és a dir 27 defuncions per un milió d’habitants i per dia (1150 defuncions per dia a l’estat espanyol, 1680 a l’estat francès) mentrestant hi ha ara molt menys d’una defunció pel nou coronavirus per un milió d’de habitants  per dia ( 0,2 a Espanya, 0 a Suïssa, menys d’u a Bèlgica, menys de 0,5 a França).

En aquestes circumstàncies, pot la por raonablement fonamentar les polítiques de salut pública o de limitacions de les llibertats excepte si volem absolutament tancar les fronteres, afavorir les opcions polítiques extremes, generalitzar la desconfiança i fins i tot debilitar la democràcia ?

 

*                                                     *                                                          *                                                      

 

Coronavirus : où est la deuxième vague ?

 

L’analyse des données des agences européennes de santé publique sur les décès dus au nouveau coronavirus ne nous permet pas de voir arriver une seconde vague d’épidémie.

S’il est vrai qu’il peut y avoir plus de cas cet été (souvent en raison de l’augmentation du nombre de tests), il faut regarder les signes de  sévérité de la maladie pour savoir si on parle d’un sujet important ou d’un maladie généralement sans gravité qui fait aujourd’hui beaucoup moins de décès que beaucoup d’autres.

 

Il faut rappeler que chaque année en Europe il y a environ un décès pour cent habitants, soit 27 décès par million d’habitants et par jour (1150 décès par jour en Espagne, 1680 en France) alors qu’il y  a maintenant bien moins d’un décès dû au nouveau coronavirus par million d’habitants et par jour (0,2 en Espagne, 0 en Suisse, moins d’un en Belgique, moins de 0,5 en France).

 

Dans ces circonstances, la peur peut-elle raisonnablement justifier les politiques de santé publique ou les restrictions aux libertés à moins de vouloir absolument fermer les frontières, favoriser des choix politiques extrêmes, généraliser la méfiance, et même affaiblir la démocratie?

Afegeix un comentari

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *