Jaume Renyer

per l'esquerra de la llibertat

14 de març de 2022
0 comentaris

Zelenski, patriotisme ucraïnès i esperança d’Europa

De Catalunya estant, sobta l’absència de referències de suport a la resistència patriòtica ucraïnesa i el líder que la personifica, Volodímir Zelenski, per part dels independentistes nostrats, els de Junts almenys callen de vergonya, no com Oriol Junqueras que dóna lliçons sobre taules de diàleg. Els cupaires, fins i tot, encara tenen la barra d’inhibir-se del conflicte apel·lant a la desmilitarització de totes les parts enfrontades, sense distinció entre agressors i agredits. Els predicadors de la impostura intel·lectual del postnacionalisme haurien de callar per sempre i reconèixer que allò que mou al règim de Putin és un nacionalisme imperialista i front al qual s’aixeca el nacionalisme d’alliberament dels ucraïnesos.

A diferència de la iniquitat ambiental a casa nostra, Zelenski és valorat a Israel pel seu coratge, com és el cas de l’antic general de les FDI Yossi Kuperwasser ahir a JForum: “La campagne ukrainienne pour une victoire patriotique.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, pourrait être vaincu et même perdre la vie, mais il a réussi avec un courage exemplaire à faire passer des messages déterminés et convaincants à son peuple et à ses soldats qui se battent par tous les moyens contre l’envahisseur russe et réussissent à lui infliger des dégâts et des pertes humaines. Zelensky a créé un récit ukrainien de lutte inlassable, de sacrifice, et de fierté nationale. Ce narratif sera probablement l’héritage de l’éthos ukrainien. Un tel héritage pourra inspirer une résistance non seulement à l’occupant russe mais aussi peur servir d’exemple de lutte pour la Liberté, présentant l’Ukraine comme un modèle pour d’autres nationalités voisines ou au peuple russe demain.

Rappelons que l’Union soviétique avait maitrisé les révoltes en Hongrie (1956) et en Tchécoslovaquie (1968), mais le récit de résistance, de fierté nationale a finalement conduit à l’effondrement de l’URSS et à l’indépendance des pays de l’Est. Ils ont abandonné le bloc communiste pour rejoindre les démocraties occidentales et l’Union européenne.

Au-delà des aspects militaires, stratégiques, économiques, cybernétiques, et psychologiques, la campagne pour le récit national dirigée par Zelensky constitue un véritable danger aux yeux de Poutine.

Le président russe est évidemment convaincu que sa politique est justifiée pour empêcher l’OTAN d’étendre son rôle d’influence et donc il parvient à créer un effet de menace et d’intimidation envers ses voisins occidentaux en positionnant la Russie comme une superpuissance. Toutefois, en Russie même, Poutine a du mal à mobiliser un véritable soutien populaire.

Dans cette guerre conventionnelle, l’Ukraine s’efforce de faire payer un lourd tribut à l’armée russe et de prolonger les combats, tandis que la Russie utilise sa supériorité numérique, sa puissance militaire et la qualité de ses armements.

Pour Israël, les conclusions sont claires car le récit sioniste est plus vital que jamais. Nous devrions compter que sur nous-mêmes pour garantir nos intérêts sécuritaires. Nous devrions également veiller à ce que la faiblesse de l’Occident ne se traduise pas par une volonté d’accepter les exigences iraniennes pour pouvoir signer un accord sur le nucléaire.

Dans cette optique, Israël doit garder sous son contrôle des territoires vitaux pour sa sécurité, tels que la vallée du Jourdain, des parties stratégiques de la Judée et de la Samarie et les hauteurs du Golan. Enfin, Tsahal devra accroître et améliorer ses capacités militaires pour pouvoir mener des guerres conventionnelles et de les gagner.”

Zelenski, com Navalny, i els demòcrates russos que planten cara a la dictadura post-soviètica, són l’esperança d’Europa.

Post Scriptum, 25 de maig del 2022.

Ahir, Le Monde publicava una entrevista a Régis Genté, coautor de “Volodymyr Zelensky, dans la tête d’un héros”,(Robert Laffont, 2022), «Zelensky a conscience d’avoir un peuple uni derrière lui et qui se bat à la vie à la mort».

Post Scriptum, 4 de juny del 2022.

El president Zelenski ha retret a Henry Kissinger que li suggereixi acceptar l’ocupació russa de part d’Ucraïna a canvi de pau, seria equivalent al pacte de Munic del 1938 a costa de Txecoslovàquia que no pas aturar Hitler. Les pressions per tal que claudiqui provenen també de França i Alemanya que li reclamen tornar a negociar amb Putin («Les appels à éviter d’humilier la Russie ne peuvent qu’humilier la France», fustige Kiev, segons Le Figaro). La manca d’ajut militar essencial per derrotar l’exèrcit rus que els EUA es neguen a lliurar-li van en el mateix sentit. Els dirigents occidentals no volen veure que la guerra actual és el prolegomen de l’ofensiva de l’eix Rússia-Xina-Iran per l’hegemonia mundial i que l’única manera d’evitar-la és una lluita multidimensisonal que acabi amb una victòria sobre els totalitarismes.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *

Aquest lloc està protegit per reCAPTCHA i s’apliquen la política de privadesa i les condicions del servei de Google.

Us ha agradat aquest article? Compartiu-lo!