Jaume Renyer

per l'esquerra de la llibertat

18 de setembre de 2021
0 comentaris

Llibres (CCVII)

“La nouvelle idéologie dominante. Le post-modernisme”, Shmuel Trigano, Éditions Hermann, París, 2012.

Aqueix sociòleg i filòsof jueu francès (nascut a Blida, Algèria, al 1948), sovint esmentat en els apunts d’aqueix bloc, fa en aqueix assaig breu una anàlisi del pensament postmodern aplicat, amb la desconstrucció com a mètode, a totes les disciplines de les ciències socials i a la política del 1990 ençà. Segons Trigano, el post-modernisme és un corrent intel·lectual originat a França derivat del pan-marxisme cultural (Foucault, Derrida, Lyotard) que comença a substituir a partir dels anys 1960-1970 el marxisme polític un cop perceptible el fracàs de l’estalinisme i el maoisme.

El tret comú dels promotors d’aqueixa tendència, que acabarà esdevenint una ideologia multiforme als anys 1990, és el propòsit de redefinir la modernitat bastint un nou ordre que trenqui amb l’univers del pensament heretat (que inclou el racionalisme, el cientifisme, el capitalisme i les concepcions socials derivades de la industrialització). Tot i aqueix plantejament ambiciós, Trigano creu que: “Le rapport du post-modernisme à la modernité est ambigu. Le ¨post¨indique un rapport structurel, en apparence de type contradictoire. Ainsi oppose-t-il la ¨déconstruction¨ à la ¨totalité¨, ¨l’antithèse¨à la ¨synthèse¨, le ¨rizhome¨ à la racine, le surface à la profondeur, le signifiant au signifié, la ¨petite histoire¨ à ¨la grande Histoire¨, l’androgyne au phallus, la différence à a l’origine, la trace à la cause, l’immanence à la transcendance” (pagina 10).

Ateses aqueixes característiques, el post modernisme no és una ideologia susceptible de codificació sinó més aviat un fenomen ideològic multiforme que es pot percebre, ¨a sensu contrario¨, per la capacitat de censurar allò que combat mitjançant la imposició de fórmules ¨políticament correctes¨ en l’espai mediàtic, cultural i polític envers tot plantejament estigmatitzat com a ¨neoconservador¨.

Trigano classifica la nebulosa conceptual del postmodernisme en quatre eixos: el metafísic, el físic, el teològic i l’epistemològic.

Pel que fa a la metafísica, el postmodernisme vol redefinir la realitat per bastir els fonaments d’un nou ordre social i polític, per això deslegitima la idea mateixa de poder i els valors que li són immanents (autoritat, responsabilitat, proporcionalitat, universalitat). Mentre que l’examen empíric de les coses permet verificar l’exactitud dels mots que les identifiquen, la desconstrucció redueix la realitat a un relat, inventat, desproveït d’objectivitat i de materialitat. “De cette conception du réel découle un ensemble d’effets de grande portée: il n’y a plus de fondement au discours ni à la réalité puisque le réel est évanescent; il n’y a plus de vérités ni de valeurs ultimes; il n’y a plus aucune synthèse ni vision d’ensemble possible; il n’y a plus de cohérence globale ni systémique entre les éléments de la réalité. La décomposition, la ¨dissemination¨, la ¨diaspora¨de l’Être deviennent la règle. Le ¨monde¨ n’existe plus mais à sa place trône un assemblage hétéroclite de bribes sans rapport les unes avec les autres, toujours dans la dispersion et la minorité” (pàgina 26).

La humanitat es veu reduïda a una sèrie de relats civilitzacionals sense valors universals comunament acceptats ni diàleg possible entre ells, només la tolerància mútua. Tot és fluctuant, líquid, evanescent, com prediquen Edgar Morin o Zigmund Bauman, entre d’altres. L’home sorgit de la Il·lustració és el passat, l’home nou és el que cal bastir (com projecten tots els totalitarismes del segle XX). Aqueixa nova condició humana va camí de fer-se realitat en la mesura que la tècnica científica permet l’articulació de pròtesis artificials i les funcions corporals, la manipulació genètica, el clonatge humà. “On peut dont être physiquement (sic) un mâle et opter pour la sexualité propre à aune femme, et vice-versa. L’individu est ainsi crédité d’une liberté totale quant à la construction de son identité et de sa subjectivité” (pàgina 35). La contradicció entre un subjecte que ho pot ser tot però que no és res és la característica de la metafísica de la desconstrucció.

Pel que fa al vessant físic del postmodernisme, Trigano assenyala la immediatesa, el ¨temps real¨ derivat de la revolució de les telecomunicacions, la deslocalització territorial de la sobirania sobre les decisions polítiques i econòmiques comporta la fi de les nacions i dels estats que les preserven (l’estat-nació és una pura invenció, un relat imaginari). La noció de governança ha substituït la de govern, el procés de la presa de decisió ha diluït l’acte de decidir, ineludiblement vinculat a un poder amb uns límits territorials.

Pel que fa a la dimensió teològica, Trigano observa que la negació de la identitat personal i nacional afavoreix l’emergència d’abstraccions sublimes de caire para-religiós. La concepció de la humanitat com una agregació de minories abocades al mestissatge que crea una nova societat té un enllaç paradoxal: “L’attirance pour le magmatique et le fusionnel peut ainsi se cristalliser dans le néant du sujet, de la nature ou de la ¨oumma¨ islamique, autant de visages du héros du ¨grand récit¨ post-moderniste” (pàgina 74).

Finalment, la dimensió epistemològica: si tot és desconstruïble també tot és possible pel que fa a la construcció, així la nació -comunitat imaginària- pot ser desconstruïda i al seu lloc bastir una comunitat multicultural a base de minories sense nexe comú que simplement coexisteixen més o menys harmoniosament (el postmodernisme rebutja candorosament la teoria -i la realitat- del xoc de civilitzacions). La desconstrucció només s’aplica a la civilització occidental, inhibint-se respecte de les altres per més totalitàries i expansionistes que siguin, ja que només Occident és culpable dels mals de la humanitat.

L’assaig acaba amb la identificació dels actors d’aqueixa tendència ideològica: les elits universitàries franco-americanes que la van concebre, els gestors mediàtics que les propaguen, els agents de l’economia numèrica que se’n beneficien (i les agències privades que graduen la salut financera dels estats) i les accions jurídiques de les ONG globals que interpel·len les instàncies judicials internacionals en nom dels criteris políticament correctes aplicats arbitràriament contra uns estats i no pas contra d’altres. Tots aqueixos col·lectius no actuen pas coordinadament ni responen als mateixos interessos immediats, però tenen en comú el fet de no estar sotmesos a cap mecanisme de control democràtic eficaç, a diferència dels estats occidentals que són l’objectiu convergent de la seva acció deslegitimadora. Justament ahir, a Le Figaro hom hi publicava aqueixa reflexió punyent: «Le “wokisme” prospère grâce aux failles d’un Occident mortifié».

En conclusió, analitzat el postmodernisme des de l’òptica nacional catalana el resultat és que una de les seves derivades és el postnacionalisme (com ja vaig mirar d’explicar en un apunt anterior), que desconstrueix la mateixa idea de nació, d’identitat col·lectiva rebutjant-la per etnocèntrica, i per tant és incompatible amb el procés independentista que es basa precisament en la reconstrucció social de la catalanitat com a element cohesionador. Dissortadament, la brama del postnacionalisme contra-identitari és l’opció ideològica hegemònica del progressisme abstracte i banal, transversal des de la CUP als Comuns, passant per ERC i Junts, i que té en la desconstrucció simbòlica promoguda pel Govern Aragonès aqueixa Diada un dels exemples més frapants enmig de l’absència de crítica (llevat de la que ha fet Joan Ramon Resina a Vilaweb).

Post Scriptum, 26 d’octubre del 2022.

Etienne Moreau va publicar ahir aqueixa ressenya a Causeur sobre el nou assaig de Shmuel Trigano, “Petit manuel de postmodernisme illustré”, (Éditions Intervalles, 2022), que complementa l’assaig anteriorment comentat.

Les déconstructionistes ont fait de la réalité une fabrication littéraire.

Une nouvelle collection d‘opuscules publiés par les Editions Intervalles a pour ambition de nous aider à mieux comprendre les enjeux des guerres culturelles de notre époque. Le volume du professeur émérite de sociologie à l’Université Paris X – Nanterre met à nu les soubassements intellectuels de concepts aussi divers que pernicieux comme le décolonialisme, le genrisme ou l’antispécisme. Autant de doctrines fomentées par un nouvel obscurantisme que les Lumières s’étaient pourtant jurées d’abattre. Ici comme ailleurs, la Révolution dévore ses propres enfants, et les lobotomisés des réseaux sociaux répandent leurs primitives vulgates au grand secours des Universités qui consacrent ces idéologies partisanes par une coupable onction scientifique. Comment l’esprit des Lumières a pu à ce point nous éblouir, nous autres post-modernes, dans la mesure où son éclat portait les promesses d’un homme amélioré par la Science, élevé par la Raison, et dressé par la bonne Éducation. Pourquoi Diderot, Rousseau et Voltaire ont-ils enfanté malgré eux des antimodernes intelligents et cultivés parce qu’ils étaient contre eux, et deux siècles plus tard des auteurs intellectuellement contraints par l’indigence poétique d’un XXe siècle étouffant ? C’est ce à quoi tente de répondre l’auteur.

Les canons de la déconstruction

Le professeur prend soin de commencer son analyse par le décorticage de la méthodologie suivie par ces courants sociologisants, avant de plonger son regard dans le contenu de ces idées prétendument nouvelles. « La réalité est ainsi devenue, pour la déconstruction, une fabrication littéraire », écrit-il, résumant ainsi la première partie de sa plaquette. Il nous explique que les idées et les matrices qui organisent nos sociétés sont perçues comme des briques artificielles fondant l’édifice social. Selon les bons récitateurs de Bourdieu, tout étant social et donc politique, tout est une construction sociale, et tout peut se combattre par la politique. La différence notable avec leurs prédécesseurs marxistes réside dans le fait que ces théories dites « constructives » – attention à ce terme en trompe-l’œil, le constructivisme est précisément le courant qui vise à déconstruire ces objets d’études – n’admettent pas leur caractère politique. Nichée derrière la forteresse inexpugnable que constitue une chaire universitaire, ces fébriles apparences de scientificité les soustraient à l’arène politique. Rien n’est plus faux, et Monsieur Trigano a le mérite de le souligner.
Puisque tout n’est que fabrication littéraire, à ces analystes désenchantés, toute page insatisfaisante peut être déchirée puis autrement réécrite. L’histoire et le présent ne deviennent qu’un palimpseste sans signification propre. Ainsi le genrisme qui sévit actuellement s’explique par le fait que le genre est un construit social – ce que, au fond, l’on peut admettre. Il ne manque plus qu’une étape pour nier les données que fournit que la nature, comme l’appartenance sexuelle ou ethnique. C’est ainsi qu’après avoir contesté l’existence des genres, les théories qui s’en sont fait un domaine d’études propres ont pu conclure que le sexe non plus n’existe pas, et qu’un homme peut menstruer, qu’un Anglais peut devenir coréen par la chirurgie esthétique, ou encore qu’un humain peut se considérer comme un cerf ou un lézard.
Un univers idéologique bouleversé par une représentation intersectionnelle de la réalité
Puisque tout est déconstructible, alors les statues sont déboulonnables, les faits historiques remaniables, et les identités malléables. Ce n’est plus « l’homme est la mesure de toute chose » de Protagoras, c’est le « Je suis la mesure de toute chose » de l’homo consumericus au cerveau déconstruit. Selon l’auteur, la complémentarité entre les écoles néo-marxistes ou postmodernistes et la mondialisation aurait affaibli le principe même des frontières, cercle au sein duquel les cultures pouvaient éclore, pour se substituer à un grand communautarisme global où les minorités légitimes s’allient par-delà les Nations.
Allant plus loin, Monsieur Trigano évoque une « extinction de l’espace et du temps », nous plongeant ainsi dans un monde atopique et achronique, où tout se créé, se perd et se transforme. C’est ici l’une des conséquences du désenchantement du monde dont parlait Weber, et de l’ère du vide que déplorait Lipovestsky. Mais rappelons, en invoquant l’histoire des idées, que Tocqueville avait déjà prédit cela en 1835 dans la conclusion de la Démocratie en Amérique : « La variété disparaît du sein de l’espèce humaine, les mêmes manières d’agir, de penser et de sentir se retrouvent dans tous les coins du monde ». Une magistrale prophétie que confirme le spectacle de ces petits contestataires wokiens qui croient s’agrandir par leur singularité, alors qu’ils se ressemblent tous. Ce qu’il faut également souligner, c’est que rien ne semble avoir changé depuis la Guerre Froide, en ce que les Etats-Unis nous exportent encore, par le truchement des luttes minoritaires, leur soft power sous-culturel.

Au final, la guerre contre le monde occidental

L’universitaire souligne cependant que, parallèlement à ce mouvement d’affirmation des ipséités identitaires propres à chaque minorité, s’esquisse en toute impunité un vaste élan d’essentialisation de l’homme blanc. Tandis que chacun revendique les meurtrissures que lui a laissées la cruauté de l’histoire, l’homme blanc n’est qu’un descendant d’esclavagistes. L’homme blanc serait ontologiquement oppressif : pour les femmes, pour les LGBTQI2SAA, pour les « racisés », et autres figures désormais érigées en Martyres et en Saints.
Le wokisme invente sa nouvelle religion, fondée sur trois volets selon l’auteur. Cette religion professe premièrement la post-humanité, en portant les couleurs du transhumanisme, de l’antispécisme et du genrisme. Il s’agit ici d’attaquer la racine de ce qui fonde l’identité humaine, à savoir son caractère naturel, sa place dans la chaîne alimentaire et le règne animal, et la dualité des sexes. Deuxièmement, indique l’auteur, ses apôtres défendent la post-nationalité, avec le décolonialisme, et le devoir de repentance infligé aux Blancs. Troisièmement, ils prêchent pour la post-démocratie, en soutenant le multiculturalisme et la juridicisation du politique – nous aurions plutôt tendance à dire la politisation du juridique, mais c’est un autre débat.
C’est ainsi que l’État de droit doit être ringardisé et la Justice court-circuitée, au profit d’un nouvel ordre moral plus conforme aux exigences de cette nouvelle tyrannie qu’un Nietzsche craignait déjà brillamment. L’Occident est manifestement la cible première, c’est lui qui doit consentir aux plus absurdes génuflexions face à des minorités qu’il a flétries jadis, et lui qui doit reconnaître qu’il jouit de privilèges fondés sur la race et la culture. Qui, un beau jour, aura la voix qui porte assez pour clamer qu’une des rares civilisations à avoir complètement aboli l’esclavage, c’est l’Occident ? Quand donc, au sein des rangs hurleurs de ces guévaristes fluorescents, leur rappellera que l’Arabie Saoudite n’a aboli l’esclavage qu’en 1962, Oman en 1970, et la Mauritanie en 1980, et plus généralement l’immensité de l’esclavage pratiqué dans le monde musulman bien avant les Européens, depuis le VIIe siècle ?
En somme, si l’auteur parvient à retracer la chaîne de causalité entre les utopies apparues au XVIe siècle, les totalitarismes de la première moitié du XXe siècle, les théoriciens déconstructeurs de sa seconde moitié (Foucault, Derrida, Deleuze et tout ce courant malheureux qualifié de French theory) et le wokisme intersectionnel d’aujourd’hui, l’on peut demeurer étonné que l’auteur s’étonne. Il y a dans cet ouvrage un soupçon d’universalisme déçu. Comme un républicain attristé de voir que les Droits de l’Homme sont à l’origine de la décadence du droit et de la fin de l’Homme. C’était pourtant inévitable, et, à remonter plus loin, l’on s’aperçoit que la philosophie nominaliste d’un Guillaume d’Occam énonçait déjà au XIVe siècle qu’il n’y a de réel que d’individuel, ce qui est aux fondements de la modernité philosophique, et qui préfigure l’individualisme.
Les Lumières et la Révolution, malgré leur apparence de rupture, ne sont que l’individualisme moderne niché derrière la boursouflure d’idées généreuses que l’on a cru bon d’inscrire dans le droit. Aussi, que l’utopisme a précédé l’obsession de l’Homme Nouveau des totalitarismes, c’est également une évidence, et il n’y a qu’un pas entre l’imagination littéraire d’un homme libre et bon, et le désir politique de le faire émerger. Aujourd’hui c’est le wokisme qui veut régénérer l’humanité; il y a cent ans, c’était le fascisme.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *

Aquest lloc està protegit per reCAPTCHA i s’apliquen la política de privadesa i les condicions del servei de Google.

Us ha agradat aquest article? Compartiu-lo!