Jaume Renyer

per l'esquerra de la llibertat

1 de setembre de 2008
6 comentaris

La Unió Europea davant la reaparició de Rússia com a potència mundial

En el moment d’escriure aquestes ratlles, des d’algun lloc de Camp de Tarragona, a Brusel·les estan reunits els caps d’estat i de govern dels vint-i-set membres de la Unió Europea per analitzar quina resposta donar a la guerra d’agressió de Rússia contra Geòrgia.

 

No escric pas aquest apunt amb l’ànim desficiós d’aquell vagarós estiuejant que no sap com omplir l’oci estival. Tampoc no sóc cap especialista en matèria de política internacional, simplement observo amb preocupació el paper de les institucions comunitàries, (el govern supraestatal dels catalans, tot i que no tenim pas la potestat d’escollir-lo), en un afer de transcendència històrica: el retorn de Rússia com a potència mundial a través de la guerra contra Geòrgia.

Ja he exposat en anteriors apunts que estic a favor del dret d’autodeterminació dels pobles, també d’Abhkàzia i Ossètia, però que ara i aquí no és aquesta la qüestió principal, (només són aspiracions legítimes instrumentalitzades per l’expansionisme rus). La qüestió clau és el repte plantejat per Putin i el règim que ell representa a la Europa democràtica.

Segons explica l’analista polític Thorniké Gordadzé des de les pàgines de Le Monde, el proppassat 30 d’agost (“Le conflit dans la Caucase, un effet de la politique soviétique des nationalités),  tots els webs oficials georgians varen ser atacats per hackers dies abans de l’inici de l’ofensiva de Geòrgia contra Ossètia de Sud de manera idèntica a com va succeir just abans del ciberatac antiestonià de l’any 2007 arran de la crisi “del soldat de bronze” (crisi russo-estoniana per mor del desmantellament de l’estàtua al soldat soviètic a Tallin). La resposta de Moscú a l’injustificable (i maldestre cop del govern georgià contra els independentistes ossets) estava preparada i buscava un efecte més enllà del conflicte caucàsic. Sóc dels que pensa que Rússia busca evitar que Geòrgia i Ucraïna entrin a l’OTAN, (de fet França ja va vetar a l’abril passat l’admissió d’ambdós estats a l’Aliança Atlàntica amb l’argument que descompensava -a favor dels Estats Units- l’equilibri de forces a Europa).

França encapçala al si de la Unió Europea la posició contemporitzadora davant Rússia (seguint la tradicional aliança franco-russa que ja es va posar de manifest en el suport d’ambdós estats a Sèrbia durant la crisi dels Balcans als anys noranta). De fet Sarkozy, actuant com a president de torn de la Unió Europea es va avançar, sense consultar els socis occidentals, a pactar un alto-el-foc entre Rússia i Geòrgia molt favorable a les pretensions de Moscú el passat 12 d’agost (que després Medvedev tampoc va respectar). Previsiblement de la reunió d’avui a Brussel·les no en sortirà cap posició dé fermesa davant el repte rus (com demanen els països bàltics i el Regne Unit) perquè la República francesa ho impedirà. El Regne d’Espanya no hi pinta res en política internacional, (i Solana tornarà a fer el paper d’estrassa), però s’avindrà a la posició francesa.

Des del punt de vista de les aspiracions futures (en la millor de les hipòtesis) de la nació catalana a exercir el dret d’autodeterminació, l’escenari europeu que es dibuixa encara és pitjor que l’actual: tornarà una política d’estabilitat de l’ordre estatal actualment vigent, tant a la zona d’influència de Rússia com a Occident. Un dels símptomes que apunten en aquesta direcció és que, per cap banda, es posa sobre la taula el dret d’autodeterminació dels pobles sinó només el principi d’integritat territorial dels estats.

Post Scriptum, 30 de maig del 2017.

Arran de la visita de Putin a França ha reaparegut la qüestió de la potenciar real de Rússia i els seus plans de domini sobre Europa. Philippe Migault (director del Centre Européen d’Analyses Stratégiques) i el politòleg Florent Parmentier ho analitzen en una entrevista publicada ahir pel digital francès Atlantico que titula, “Derrière l’homme fort Poutine, que reste-t-il vraiment à la Russie de sa superpuissance passée ?”:

Atlantico : Quel bilan peut-on fait de la puissance de la Russie en termes économiques, militaires mais aussi de politique intérieure et extérieure ? Est-ce que l’image de puissance que l’on a de la Russie n’est pas surestimée pour chacun de ces points ?

Philippe Migault : Du point de vue économique la Russie sort petit à petit de la crise financière grave qu’elle a traversé consécutivement à la chute des cours du brut et à la dévaluation du rouble. La croissance est de retour avec une progression du PIB de 1,2 à 1,4% espérée en 2017. Le chiffre est modeste comparativement à la croissance forte des années 2000, 7% en moyenne par an, mais le redressement est tangible après la baisse de 2015-2016. La principale locomotive de l’économie, la consommation intérieure, en recul depuis deux ans, s’est stabilisée et la relance semble s’amorcer.

Les sanctions ne sont donc pas parvenues à mettre à terre l’économie russe qui a, au contraire, profité de ce paramètre pour accélérer son processus de diversification en développant des capacités de production alternatives, je pense notamment au secteur agricole et à celui de l’industrie des biens de consommation courants. Au final la Russie sortira sans doute renforcée de l’épisode des sanctions, plus compétitive.

Corollaire de cette résilience, la popularité de Vladimir Poutine demeure intacte. Les Russes en ont assez de la corruption, les récentes manifestations en attestent, et n’apprécient guère certains membres de leur gouvernement. Mais Vladimir Poutine demeure sans rival et devrait remporter les élections présidentielles de 2018 dans un fauteuil.

Stabilité politique et économique : Poutine peut défendre en toute quiétude les intérêts russes sur la scène internationale en se projetant sur le long terme, 2024, fin de son dernier mandat. La modernisation des forces armées russes, dans ce cadre, est un atout important. Elle se poursuit, malgré les difficultés économiques rencontrées. L’objectif fixé fin 2011, 70% de matériel moderne dans les forces armées à l’horizon 2020, devrait être atteint, malgré les échecs de certains programmes, voire dépassé dans certains domaines. Et les investissements consentis portent leurs fruits, les succès russes en Syrie en témoignent.

Il faut cependant relativiser l’importance de la puissance militaire russe. Le Kremlin dépensera moins cette année que la France pour son armée. Le budget de la défense russe reste 13 fois inférieur à celui des Etats-Unis, tandis que la Russie dispose d’un arsenal important, certes, mais très inférieur quantitativement à celui de l’OTAN.

Florent Parmentier : Lorsque l’on aborde la question de la puissance russe, il convient de rappeler tout d’abord la taille immense de ce pays, l’intensité du climat continental qui règne sur une bonne partie du territoire, ainsi que la relative faible densité de population sur une bonne partie de cet espace. A ces dimensions géographiques s’ajoute une histoire où l’État a pu défendre la religion orthodoxe puis le pouvoir communiste international. Il s’ensuit de ces caractéristiques que l’un des problèmes essentiels pour la Russie est la gestion de cet espace à la fois immense et multinational. La Russie reste le seul pays voisin de la Finlande et de la Corée du Nord.

En outre, la Russie a depuis longtemps été caractérisée comme une puissance pauvre (selon l’historien Georges Sokolov), dans laquelle les ressources énergétiques ainsi que les matières premières ont un rôle important. Les dirigeants russes doivent donc surmonter des défis hérités du passé, à savoir adopter une approche dans laquelle la compétitivité et l’attractivité sont des objectifs recherchés, restructurer les secteurs stratégiques et participer à un changement plus global des mentalités. Si Vladimir Poutine n’a pas réussi à changer de modèle de croissance, son assise sur le système politique reste réelle, par sa capacité à arbitrer entre différents groupes.

Post Scriptum, 15 de novembre del 2018.

Les sancions econòmiques i diplomàtiques contra Rússia per les continues maniobres contra Occident (ciberatacs, ingerències en els processos electorals, assassinat de dissidents) històricament no han canviat pas la conducta dels successius règims ni en el pla intern ni en les relacions internacionals. Això explica Emil Avdaliani en aqueix report de fa quatre dies als Perspectives paper número 1002, editats pel Begin Sadat Center: “Russia Responds to Military Pressure, not Economic“. Israel està en condicions d’esquivar les amenaces russes a Síria però no pas la Unió Europea, sense força militar pròpia. Només l’OTAN pot aturar la creixent coacció de Putin contra Europa.

Post Scriptum, 8 de març del 2019.

Emil Avdaliani publica avui aqueix report: “The End of Europe from Lisbon to Vladivostok”, als Perspectives Paper, número 1.106, del BESA Center.

Post Scriptum, 4 de desembre del 2021.

Abans d’ahir a Le Figaro: “Viktor Erofeïev: «La Russie est devenue un gigantesque voyou collectif».

Viktor EROFEÏEV. Le célèbre écrivain russe était à Paris pour une conférence sur Dostoïevski à la Maison des sciences et de la culture russe. Il confie au Figaro ses réflexions sur son pays, où « la seule loi qui règne reste le culte de la force ». Il évoque aussi la crise de l’Occident, dont les valeurs sont devenues « fictives », privant la société russe de modèle et de soutien.

LE FIGARO. – J’ai le sentiment que l’Occident reste un compas, un miroir central pour la Russie, même quand cette dernière veut le briser. Comment expliquer ce phénomène ?

Viktor EROFEÏEV. – Tout serait plus simple si l’Occident était resté l’Occident. Le problème, c’est qu’il n’est plus qu’un ­simulacre d’Occident. Nous les Russes avons en tête un Occident imaginaire, pas celui qui existe vraiment. L’Occident réel ne se reconnaît pas lui-même, il dit qu’il a changé. Nous, nous voulons l’ancien Occident. La Russie est imbibée d’idées occidentales. Mais la Russie est aujourd’hui impuissante et faible en raison de son économie. Elle ne peut avancer comme la Chine, ni travailler comme l’Amérique. Alors elle a pris la seule option viable du point de vue du pouvoir russe. La mobilisation plutôt que la ­modernisation. Elle choisit de faire peur à vous tous, Français, Américains, Chinois. Ce qu’on ne comprend pas bien ici en ­Europe, c’est que c’est la seule voie pour la Russie, si ce régime veut se maintenir. Il doit convaincre son peuple qu’il est au bord de la guerre. Mais je dirais pire. Si ce régime changeait, il n’est pas sûr que la Russie pourrait devenir un État robuste et industrialisé. Il lui faudrait inventer à nouveau quelque chose d’autre.

Que voulez-vous dire ?

Nous devons nous sauver d’une vraie catastrophe, car le génocide intérieur que nous avons connu au XXe siècle, a atteint un point effrayant. Nous avons perdu tous les gens qui savaient travailler, tous ceux qui géraient ce pays avant la révolution, je parle de la véritable élite industrielle, bancaire, etc. Tout a disparu ! Les meilleurs ont été assassinés sous les bolcheviks ou sont partis, ou sont entrés en exil intérieur, jusqu’à aujourd’hui. Ce que je dis est affreux mais il n’y a pas vraiment d’autre issue que la répression et la mobilisation, si la Russie veut survivre comme pays unifié. Les idées libérales, que je partage en de nombreux points, si elles devaient être appliquées, se briseraient sur ce pays, et elles pourraient mener à sa destruction.

N’est-ce pas ce que le pouvoir affirme pour justifier la répression ?

On a toujours pensé que le pouvoir était mauvais et le peuple bon. Mais dans les trente dernières années, le peuple nous a ­appris qu’il est bien plus proche du pouvoir que les libéraux ne l’imaginaient. Poutine est sans aucun doute le président du ­peuple. J’entends le bruit que font les Polonais et les Allemands pour dé­noncer le caractère monstrueux du régime – et c’est vrai qu’il est monstrueux. Mais la Russie elle-même est tellement monstrueuse qu’elle est prête à accepter ce régime. C’est un point très douloureux.

Dire que la Russie est monstrueuse, n’est-ce pas aller un peu loin ?

Elle est monstrueuse, car elle a perdu toutes les valeurs véritables. Celles qu’elle ­affiche comme des étiquettes – valeurs morales, esthétiques, religieuses – sont fictives. En réalité, la Russie fonctionne sur le culte de la force. Je viens de terminer un livre prêt à être publié en ­Allemagne, Le Grand Voyou. Le voyou est devenu le symbole de la Russie. Pour moi, ce n’est pas seulement Poutine, mais l’ensemble du peuple. C’est notre inhumanité, l’impunité, notre attitude absolument horrible vis-à-vis de la femme comme objet, de plaisir, d’humiliation, de domination…

L’important est toujours d’humilier et montrer son pouvoir. En fait, deux voyous se sont rencontrés. L’un est au pouvoir, et l’autre, un gigantesque voyou collectif, c’est le peuple. Ils communiquent. Du coup, les libéraux sont devenus « les gens de trop ». Le rideau s’est levé sur cette réalité cette année. Jusqu’ici, Poutine jouait un peu avec l’aile libérale. Une partie de l’opposition recevait de l’argent du Kremlin. On pensait qu’on pouvait trouver un équilibre des forces. Mais un autre équilibre s’est mis en place. Le pouvoir a compris qu’il pouvait en ­finir avec l’opposition. Navalny est en prison. Tous les chefs de l’opposition ont été défaits. Beaucoup sont partis. La ­répression est très cruelle, beaucoup plus dure que dans les dernières années du ­régime Brejnev. Aujourd’hui, tu peux te retrouver derrière les barreaux pour un tweet, pour un mot de trop.

Craignez-vous la répression en tant qu’écrivain ?

Regardez ce qui est arrivé au réalisateur Kirill Serebrennikov (assigné à résidence puis condamné à de la prison avec sursis et interdit de sortie du territoire pour une affaire de détournement de fonds qui, selon les nombreux artistes qui le défendent, cacherait une cabale du pouvoir, NDLR). Je pourrais être à sa place ! On s’était prononcé ensemble contre l’annexion de la Crimée. Tout le monde est vulnérable. Même Dmitri Peskov (le porte-parole de Poutine, NDLR) pourrait se retrouver en prison si soudain il ne plaisait plus. Le seul protecteur est tout à fait au sommet, il est tsar et Dieu tout-puissant. C’est une forme de terreur politique, dont la justification est qu’on ne doit pas déranger ce pouvoir dans son entreprise de préservation de l’unité russe. Avant, on pensait qu’on pouvait aussi avoir notre mot à dire. Mais le peuple russe qui a approuvé les élections falsifiées et le règne à vie de Poutine, nous a clairement signifié qu’il ne voulait pas de libération et était prêt à vivre dans la merde ! Savez-vous qu’en Russie on a encore 39 millions de toilettes faites de planches de bois au-dessus d’un trou ! Le peuple accepte ! Et regardez la Crimée. J’y suis allé. Depuis l’annexion, rien n’a été fait, ni construit, si ce n’est une route, un aéroport et un pont. Les gens y vivent dans des conditions très mauvaises.

Votre discours rappelle le film Léviathan, qui raconte le règne de la force brute…

C’est exactement ce qui se passe. La force nue, très sexuelle. Avez-vous vu ce qui s’est passé à l’hôpital de la prison de ­Saratov ? Ces tortures sexuelles terribles imposées à des prisonniers malades pour qu’ils témoignent contre d’autres prisonniers ? Elles avaient été filmées par le ­personnel pour prouver à leur hiérarchie qu’ils font leur travail et ont été clandestinement fuitées aux médias. Mais rien ne se passe ! Voilà pourquoi quand on voit la réaction impuissante de l’Ouest face à la Russie, on comprend que rien ne pourra arrêter le grand voyou et que Poutine aura le dessus dans ses conversations avec Biden, Macron et les autres. Au Kremlin, ils rient de vous ! Tout cela est le mouvement prévisible de l’histoire russe. Nous n’avons pas été capables de créer les valeurs et la culture qui auraient pu se ­répandre dans le peuple. Nous avions pourtant une culture élevée. Mais le peuple est resté à part, avec la politique. Nous pensions que nous étions dans une ornière de 50 mètres, mais elle était de 1,5 km ! C’est le phénomène de la Russie. Quand j’en parle aux gens de l’administration de ­Merkel, ils sont frappés par ma méta­phore du « Grand Voyou ». Ils disent, merci de cette clé, car nous n’arrivons toujours pas à comprendre qui vous êtes. Et bien voilà la vérité : notre pays est gouverné par de petits malfrats qui ont grimpé jusqu’au ciel. C’est aussi la clé pour comprendre comment la Russie se comporte à l’extérieur ; elle fait tout pour humilier l’Europe, tout en voulant vivre comme elle.

Mais il y a encore en Russie des gens qui résistent, des intellectuels, journalistes…

Aujourd’hui en Russie, il n’y a plus d’intelligentsia en tant que telle. Il y a encore quelques personnes – pas moi – qui peuvent influencer le pouvoir et lui dire : ne torture pas untel ou untel… Rochal, le professeur de médecine (qui s’est illustré en prenant part aux négociations avec des terroristes tchétchènes lors de prises d’otages en 2002 et en 2004, NDLR), ­Sokourov, le cinéaste (le réalisateur russe le plus connu à l’étranger, lion d’or à ­Venise en 2011 pour son Faust, NDLR)… Mais on peut tous se retrouver en prison. Moi comme les autres.

Le pouvoir russe utilise le fait que l’Occident traverse une crise majeure pour se poser en recours « conservateur raisonnable » contre la déconstruction postmoderne occidentale. Les libéraux russes sont-ils orphelins de l’ancien modèle que représentait l’Occident ?

Je ne me sens pas libéral. Je suis écrivain, j’essaie de comprendre la nature humaine. Je veux plus de liberté, mais je suis surtout l’élève du marquis de Sade. Pas pour sa pratique mais pour sa philosophie. Sade avait compris que l’homme n’est pas du tout celui décrit par les philosophes des Lumières. Eux le croyaient bon par nature, alors que Sade avait compris que l’homme est très dangereux, qu’il faut le contenir pour que le pouvoir ne devienne pas ­sadique. La seule chose que l’on puisse espérer en Russie, c’est que vienne un nouveau Pierre le Grand, qui aime l’être humain et ouvre à nouveau une nouvelle fenêtre en Europe. Je suis pour le bon sens. L’Occident en a besoin également !

Vos valeurs sont devenues fictives, plus faibles que votre désir de confort.

On m’a raconté qu’il y avait eu des manifestations en Oregon, parce que les étudiants se plaignaient qu’on ne leur enseignait que des auteurs blancs, mâles et morts, comme… Homère ! Vous vous rendez compte ? Ce mouvement américain de déconstruction cache un problème profond. Nous avons perdu notre nourriture religieuse. Dostoïevski, dont nous fêtons ces jours-ci le bicentenaire de la naissance, avait raison : s’il n’y a pas de Dieu, alors tout est permis. Aujourd’hui, c’est le constat le plus douloureux. Nos dieux sont partis à la re­traite, comme les dieux de l’Olympe sous les Grecs. Il faut chercher une nouvelle ­morale.

Post Scriptum, 16 de desembre del 2021.

Le Figaro, ahir, “Ukraine: l’Europe redoute une attaque de la Russie.”

Post Scriptum, 8 de febrer del 2022.

Avui, a Le Figaro: “Jean-Sylvestre Mongrenier appelle à ne rien céder face à la volonté expansionniste de la Russie. «Quelle doit être la réponse des Occidentaux dans cette nouvelle guerre froide ?»

Post Scriptum, 28 de febrer del 2022.

Comparteixo el punt de vista d’Ot Bou, avui a Vilaqeb: “L’estat de guerra que s’obre camí a Europa. La missió de Putin és capgirar l’ordre mundial que va sorgir de la Guerra Freda. I això no és pas una causa personal”.

  1. Es diu que no n’hi ha prou amb tenir raó, s’ha de poder imposar. Però una raó imposada no semble gaire raonable.
    Tal com apuntes, l’autodeterminació hauria de ser el camí.
    Però el més fort imposa la seva raó, aquí i allà.
    La civilització avença a la velocitat de les estalactites, i de tant en tant passa un brètol i en trenca alguna.

  2. Per no entrar en qüestions de política internacional només vull fer un comentari a la contradictòria frase ” Tornarà una política d’estabilitat de l’ordre estatal actualment vigent”

    Aquesta frase l’heu escrit vos, senyor Jaume, i jo vull contestar-li, que no! que allò que roman no pot tornar, perquè ha estat aquí sempre. I també és fals que per als catalans (en la millor de les hipòtesis) pinten pitjor les coses, tot perquè els russos hagin parat els peus a l’exercit georgià sota les ordres d’un pirat. Sí un pirat atlantista, que tot i procedir de l’àmbit jurídic s’ha mostrat com un autèntic general Custer. 

    L’únic dret a l’autodeterminació que exercirem els catalans en el futur, serà només l’esforç nostre i no pas un mannà que ens ploqa del dret internacional. Aquest dret comença per l’autoorganització i no col.laboració amb qui ens negue el nostre dret. No cal dir que la no col.laboració implica la no consolidació d’estructures polítiques que ens hi resulten fatals. En tenim de fonts on apaivagar la set ideològica no gens decimonònica en aquest cas, la llibertat! la democràcia lliure d’oligàrques de partit on la ciutadania dispose d’instruments de control de l’activitat política i qui la exerceixi. Aquest és l’únic camí, la lleialtat i el compromis amb Catalunya, tot sota el control polític de llur ciutadania.

  3. Sempre són els dolents, els “altres”.  En cap moment dius que el president dels georgians va ordenar bombardejar al “seu poble”.  Les fotos que ens mostren de la guerra, jo no puc saber si són de les destrosses que van fer els georgians al “seu poble”, o els atacs dels russos.  Tampoc informes, que les “màfies” occidentals han rodejat l’actual territori de Rússia amb bases aeries per protegir els “seus oleoductes”.  Molt parcial i molt “His master’s voice”.  Veien els telenotícies i els “Informes setmanals”, no cal llegir els teus articles.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *

Aquest lloc està protegit per reCAPTCHA i s’apliquen la política de privadesa i les condicions del servei de Google.

Us ha agradat aquest article? Compartiu-lo!