Jaume Renyer

per l'esquerra de la llibertat

25 de desembre de 2023
0 comentaris

El neofeminisme antisemita, ignominiós component del wokisme

El proppassat 25 de novembre, arreu del món civilitzat hom va commemorar el dia internacional per l’eliminació de la violència contra les dones, però la feta a les jueves per part dels jihadistes palestins gairebé només la van denunciar a Israel. La muller del president d’Israel va exclamar-se: “Michal Herzog dénonce le silence des groupes de défense des droits sur les viols du Hamas“. Excepcionalment, una manifestació va tenir  lloc a París amb la participació  d’un grup representant les israelianes víctimes de violacions i mutilacions sexuals  en l’atac del 7 d’octubre passat.

Dissortadament, però, la majoria de les feministes occidentals callen, tot legitimant la violència contra les dones israelianes en nom de la causa superior del poble palestí, com  és el cas d’una de les icones mundials de les “persones no-binàries”, Judith Butler, que considera els membres de Hamàs com els lluitadors per la llibertat. Veure la resposta contundent d’Hadar Galron, a YnetNews, el proppassat 13 d’aqueix mes:  ‘You’ve made yourself the useful idiot of antisemites’: An open letter to Judith Butler: Esteemed academic, claiming to be a feminist, overlooks Hamas’ violence against women while accusing Israel of ‘genocide’, showing her pseudo-feminism’s inconsistency”.

Julia Christ va publicar el proppassat 29 de novembre a la revista “K. Les Juifs, l’Europe et le XXiê siècle”, aqueix article denunciant la hipocresia i la ignominia de les feministes occidentals que callen “Sur les viols de masse le 7 octobre en Israël: “Le viol, l’un des objectifs – occulté – de l’attaque du 7 octobre…”. Els orígens d’aqueixa perversió del feminisme els ha analitzat Kara Jesella en aqueix documentat article aparegut el proppassat 15 al magazine australià “Quellette”:  “A History of Feminist Antisemitism“. The story of how activists and academics exchanged the struggle for universal female improvement for a politics of division and hatred”.

Les conseqüències de la violència contra les dones jueves ha comportat, segons publicà el proppassat 18 d’aqueix mes el priòdic YnetNews, “Knesset confronts high suicide rates in wake of Hamas sexual violence. Sexual trauma experts urge government to expand budgetary allocation for treatment, as suicide numbers after October 7 unusually high”.

Els fets, – les seves conseqüències-  no importen quan es tracta de preservar els dogmes per part dels qui els propagen, és a dir, la munió de causes que s’apleguen sota la bandera del wokisme tenen per objectiu abatre les societats obertes occidentals (en el sentit que les va definir Karl Popper), per això prenen per aliats els moviments totalitaris que tenen els mateixos propòsits. Això explica com  un  missatge d’Oussama Ben Laden divulgat  l’any2002 ha estat de nou escampat amb èxit a les xarxes socials (tik tok, significativament). Segons  Pierre Valentin, estudiós del wokisme, els militants progressistes compareteixen amb  els islamistes el mateix odi a Occident, tal com explica en l’article que va publicar a Le Figaro: “États-Unis: pourquoi des militants woke ont fait l’éloge de Ben Laden”.

Aqueix professor universitari francès acaba de publicar l’assaig “Comprendre la Révolution Woke”, (Gallimard, 2023), on inclou aqueixa definició: “Le wokisme est une idéologie qui perçoit les sociétés occidentales comme étant fondamentalement régies par des structures de pouvoir, des hiérarchies de domination, des systèmes d’opression qui auraient pour but, ou en tout cas pour effet, d’inférioriser l’Autre, c’est-à-dire la figure de la minorité sous toutes ses formes (sexuelle, religieuse, ethnique, etc..), par des moyens souvent invisibles. Le woke est celui qui est éveillé à cette réalité néfaste et qui se donne pour mission  de conscientisser les autres” (pàgina 25).

Dissortadament, les neo-feministes pro-islamistes són a l’avantguarda d’aqueix moviment reaccionari (en el sentit que no tenen cap model de societat alternatiu al “capitalisme”, és a dir, al sistema democràtic occidental) que concentra en Israel tots els mals que diuen voler combatre (racisme, colonialisme). Indiferents a les contradiccions brutals dels seus plantejamnets, com és el cas del col·lectiu autodenominat “Queers for Palestine: Identity Politics at Its Most Absurd. In Palestine, they’d be killed“, com els adverteix  Armin Navabi en aqueix article publicat el proppassat 2 de novembre a l’anteriorment esmentat magazin Quillette.

Post Scriptum, 26 de desembre del 2023.

Xavier Diez va publicar el proppassat 28 de novembre a la revista Mirall aqueix article dedicat a la periodista Oriana Fallaci del qual val la pena reproduir-ne aqueixos paràgrafs ja que complementen l’anterior apunt:

“També va entrevistar a l’Aiatol·là Khomeini, amb qui va tenir una escena de tensió en comprovar l’estúpid fanàtic que era, i a mitja entrevista es va treure el xador que li havien obligat a col·locar-se per poder comparèixer davant seu, i li va dir a la seva cara que era un tirà. Ni pèls a la llengua, ni manies de cap mena, una actitud avui inversemblant en una professió poruga i un públic hipersensible.

Malgrat la seva popularitat i el reconeixement per part de la professió, les coses van canviar amb el canvi de segle. Els atemptats contra les torres bessones de l’11 de setembre de 2001 la van enganxar a Manhatthan, on residia feia dècades. Fou aleshores, des d’una visió de feminista i d’antiga partisana contra el totalitarisme que va escriure el llibre La rabbia e l’orgoglio (La ràbia i l’orgull, de 2001) on, tot assumint les idees de Samuel Huntington al voltant del xoc de civilitzacions, va arribar a la conclusió que el món islàmic mirava d’islamitzar un occident incapaç de defensar-se, que s’havia tornat feble, que havia renunciat a les seves tradicions, i que havia obert ingènuament les seves fronteres a milions de musulmans que, arribats a occident, més aviat es radicalitzaven en comptes d’assumir els valors liberals de la societat d’acollida. També carregava contra la misogínia de l’islam, contra la imposició del vel, la destrucció de l’individu i la seva llibertat personal, les absurdes imposicions religioses i el component totalitari de l’islamisme polític. Aquest llibre, així com diversos reportatges, articles i entrevistes va fer que l’esquerra oficial la condemnés a l’ostracisme intel·lectual. Ja malalta per un càncer que se l’emportaria cinc anys després, va ser difamada i silenciada. La realitat és que probablement hi havia poques periodistes tan documentades com ella, que coneixia en profunditat el món islàmic, que havia entrevistat a la majoria dels seus dirigents, i havia conviscut amb molts dels seus ciutadans i coneixia prou bé la lògica de les societats musulmanes. Ella, precisament que sempre reivindicava la llibertat de les dones (i que practicava sense cap mena de complex ni manies, amb una vida personal on va fer sempre allò que li semblava bé sense mirar de satisfer ningú) va ser condemnada a la marginació, a la invisibilitat, a la crítica implacable des dels púlpits de la progressia oficial europea i americana. Defensar el seu llegat avui, té els seus riscos, en un entorn on fàcilment es reparteixen carnets maniqueistes de bons i dolents en funció de qui defenses i qui critiques.

Si hem de fer un resum sobre el personatge: va ser una dona lliure. Una dona, que ho va tenir difícil, que la van intentar silenciar i assassinar més d’alguna vegada, incòmoda. I tanmateix, malgrat que la policia mexicana la va deixar malferida, o que la seva vida va córrer perill des del seu paper de corresponsal de guerra, mai no es va considerar una víctima, sinó una dona que, amb el periodisme, va lluitar per una societat més justa i més lliure.

Si fos viva, ben segur faria passar molta vergonya a moltes activistes que entenen el feminisme com a una reivindicació del victimisme, i que no tenen el coratge ni la determinació que va tenir ella en la vida i en l’escriptura. Probablement la titllarien de colonial, islamofòbica, heteropatriarcal, trànsfoba o qualsevol altre neologisme forçat i eixorc. Ara bé, no en conec gaires d’aquestes transportant armes per combatre la Wehrmatch ni engegant a la merda fanàtics –i perillosos– aiatol·làs. No sé si a les escoles de periodisme se’n parla molt, de l’Oriana. Entre els nous feminismes, sembla desapareguda. I tanmateix, és un personatge, sens dubte a reivindicar”.

Post Scriptum, 12 de febrer del 2024.

Una actitud del govern francès impensable en l’autonòmic nostrat amarat de wokisme pro-islamista: “Attaque du Hamas. Le gouvernement français fait la chasse aux propos «ambigus» d’associations féministes“.

Post Scriptum, 8 de març del 2024.

Segons publica avui EL Nacional.cat: “La guerra a Gaza està molt present en la manifestació d’enguany, tant en les pancartes com en els càntics. El mateix lema  “Dones, lesbianes i trans dempeus contra les precarietats, les fronteres i els genocidis”, fa referència a la situació al territori palestí, on ja han mort més de 30.000 persones a causa de l’ofensiva israeliana. Un grup de dones ha fet una performance a l’inici de la marxa, i duien petits sacs blancs tacats de vermell, simulant cadàvers de nens embolicats a Gaza”.  Ni un mot per a les dones jueves víctimes dels gihadistes palestins, vergonya infinita per aqueixes ignorants que se’n fan còmplices !!!

Post Scriptum, 13 de març del 2024.

El proppassat 6 d’aqueix mes denunciava des de Le Figaro: «Judith Butler et le Hamas. Quand le féminisme radical blanchit le terrorisme».

Le féminisme radical n’est pas seulement une machine à exclure les femmes et les hommes sur la base d’une recherche de pureté propre aux totalitarismes. Il est aussi une gigantesque entreprise de blanchiment des actions terroristes les plus cruelles et inhumaines de l’histoire de l’humanité. Ainsi, au cours d’une table ronde qui eut lieu en banlieue parisienne ce dimanche, la philosophe Judith Butler a déclaré que le bain de sang du 7 octobre était «un acte de résistance armée». Elle a qualifié l’attaque du Hamas de «soulèvement», sous les applaudissements d’un public énamouré, dont trois députés de La France Insoumise qui entreront dans l’histoire pour de mauvaises raisons : Thomas Portes, Danièle Obono et Younous Omarjee.

Ainsi, Judith Butler se joint à la grande famille des tartuffes en jupons, qui sont passés, le 7 octobre, du «MeToo» à «Yes but». C’est-à-dire de l’oreille absolue à la surdité profonde vis-à-vis de la souffrance des femmes, dès lors qu’elles disposaient de la nationalité israélienne. De celles qui ont révélé l’étendue de l’hypocrisie de leur combat féministe et leur inhumanité face à ce que le président de la République, Emmanuel Macron, a qualifié de «plus grand massacre antisémite de notre siècle».

Le lendemain de cette petite sauterie paraissait justement un rapport de l’ONU qui confirmait ce que tant de témoignages avaient corroboré. Le 7 octobre, des centaines de Palestiniens ne se sont pas contentés de tuer de sang-froid des familles, des adolescents, des enfants. Ils ont mutilé et violé des jeunes femmes en réunion, dont certaines sur le site du festival NOVA, où la jeunesse progressiste était venue danser en faveur de la paix. «Des informations claires et convaincantes que certains ont subi diverses formes de violences sexuelles liées aux conflits, y compris viol et torture sexualisée, ainsi que des traitements cruels, inhumains et dégradants sexualisés», expliquait Pramila Patten, représentante spéciale de l’ONU sur les violences sexuelles lors des conflits, au cours d’une conférence de presse. Elle rapporte aussi qu’il y a de fortes chances pour que ces exactions continuent d’avoir lieu sur celles qui sont encore détenues dans les geôles de l’organisation terroriste, pendant que des convois humanitaires entrent dans l’enclave pour soulager la population prise entre deux feux.

Il faut bien comprendre : Judith Butler n’est pas une féministe qui fait des prêches pour ses copines entre les quatre murs de son appartement. Elle est l’instigatrice de la «théorie du genre», égérie du mouvement queer, l’une des philosophes les plus célèbres de l’époque, une référence académique. Son influence est mondiale. Pour les précieuses ridicules et les radicaux tendance dépressifs à cheveux bleus, elle est considérée comme un dieu vivant. On se prosterne devant elle comme devant le grand vizir Iznogoud en passant devant son palais.

Avec quelques autres, Judith Butler incarne l’expression très utilisée sur les réseaux sociaux de «Chicken for KFC» ou «des dindes qui acclament Thanksgiving», décrivant par l’humour ces militants qui sont atteints d’un syndrome de Stockholm au point de prendre la défense de leurs bourreaux. Judith Butler qui traite largement de son lesbianisme dans son œuvre subirait les pires sévices si elle vivait à Gaza. Les islamistes au pouvoir depuis 2007, ceux-là même qu’elle qualifie de résistants, seraient les premiers à porter atteinte à sa vie, à sa sécurité et à sa liberté, comme ils le font avec de nombreux homosexuels palestiniens.

Pas plus tard que l’année dernière, le mouvement Hamas avait publié un communiqué pour condamner la Gay Pride tenue à Jérusalem, que son comité directeur avait qualifié de «déplorable». «Nous condamnons fermement le fait que les autorités d’occupation fascistes autorisent l’organisation d’une marche provocatrice pour les “homosexuels”, qui doit errer dans les rues de Jérusalem occupée», jugeait dans un communiqué de presse Abdul Latif al-Qanou, porte-parole du Hamas. Les violations des droits de l’homme et de recours à la torture contre des citoyens LGBT dans la bande de Gaza sont plus que documentés. Il s’agit d’ailleurs de l’une de ces situations très spécifiques où Israël accepte d’accorder sa citoyenneté aux Gazaouis par le biais de visa renouvelables tous les trois mois. Un bureau à la Knesset (parlement israélien) se consacre exclusivement à cette question.

Par ces positionnements, Judith Butler incarne ce féminisme qui n’a que faire de la souffrance des femmes tant qu’il fait progresser son calendrier politique, mais plus encore, qui défend des traditions rétrogrades qui mettent en péril la liberté des femmes et des minorités sexuelles. Son soutien au terrorisme palestinien désormais acté publiquement fait de cette icône féministe un véritable ennemi de la femme.

Post Scriptum, 16 de març del 2024.

Ahir, a Le Point: “Femmes israéliennes et iraniennes victimes de violences sexuelles au banc de la solidarité néoféministe”.

Elles s’appellent Sapir, Raz, Shosham, Chem ou Agam. Elles s’appellent Sahar, Maryam, Zahra ou Shirin. Elles sont israéliennes. Elles sont iraniennes. Leurs témoignages racontent une souffrance universelle.

D’une voix, le 5 mars 2024, à la Maison des avocats du Barreau de Paris, lors d’une conférence portant sur le viol comme arme de guerre et de répression, nous avons lu leurs histoires, nous avons partagé leurs calvaires.

Sapir, une survivante du festival Nova, raconte comment le 7 octobre 2023, en Israël, depuis une cachette elle a assisté aux viols collectifs de différentes femmes par les terroristes du Hamas. Ces témoins racontent le sort de ces femmes aux seins coupés, littéralement massacrées, qui attrapées par les cheveux, se faisaient poignarder dans le dos par les uns, pendant que les autres continuaient à les violer. Ces femmes retrouvées avec le bassin brisé dont on raconte aujourd’hui qu’elles suppliaient leur violeur de les tuer.

Les nationalités sont différentes, mais les souffrances sont les mêmes

Maryam raconte les viols en réunion qu’elle a subis par des agents de la République islamique alors qu’elle était encore vierge. Elle avait été arrêtée parce qu’elle avait manifesté sans son voile. Elle n’est qu’une femme parmi des milliers à avoir subi la violence et les sévices infligés par la République islamique d’Iran. Elle est l’une des 45 victimes du régime dont le témoignage a été recueilli par Amnesty International.

La souffrance de ces femmes est la même. Celles qui ont survécu en porteront les mêmes stigmates. Celles que la barbarie a tuées n’auront que nos voix pour le rappeler.

Un rapport de l’ONU du 4 mars 2024 confirme les viols et les actes de tortures à caractère sexuel commis lors de l’attaque du Hamas du 7 octobre. Publié quatre jours plus tard, le rapport de mission d’enquête de l’ONU du 8 mars 2024 reconnaît que les violations des droits de l’homme commises par la République islamique d’Iran lors de la répression brutale des manifestations en 2022 constituent des crimes contre l’humanité.

Alors, comment tolérer la violence dont on fait l’objet les femmes juives lors de la manifestation du 8 mars 2024 censée célébrer la Journée internationale des droits des femmes ? Elles étaient venues pacifiquement soutenir et dénoncer les souffrances de ces femmes. Leur prise à partie, les menaces et les agressions verbales qu’elles ont subies ont été d’une telle violence qu’elles ont dû être exfiltrées.

Les féministes doivent faire preuve de solidarité

C’est qu’en réalité les femmes iraniennes et israéliennes partagent un autre sinistre point commun : le refus des associations néoféministes de leur apporter leur soutien. De la même manière qu’elles refusent de soutenir la révolution Femme, Vie, Liberté en cours en Iran depuis le 16 septembre 2022, ces associations refusent de reconnaître et de condamner les attaques terroristes du Hamas du 7 octobre dernier, y compris celles infligées aux femmes qu’elles prétendent défendre.

Dans un cas comme dans l’autre, ces associations à l’indignation sélective ont refusé de condamner les viols, féminicides et violences sexuelles commis contre les femmes iraniennes et israéliennes. Quiconque prétend défendre le droit des femmes se doit de protéger toutes les femmes.

Nous condamnons celles dont l’engagement consiste à faire prévaloir le combat pour l’adoption de l’écriture inclusive ou sur le droit de se voiler sur les violences systémiques subies par les femmes iraniennes depuis 45 ans ou celles du 7 octobre dont ont été victimes les femmes israéliennes.

Nous exigeons que la lutte des féministes et leur solidarité s’expriment envers toutes les femmes qui subissent des violences, à travers le monde.

La vie d’une fille, d’une femme, d’une sœur, d’une mère mérite d’être protégée sans distinction, où qu’elle soit dans le monde, en France, en Iran, sur la bande de Gaza, en Israël, au Darfour, en Afghanistan, en Ukraine, au Pakistan ou ailleurs…

Shaparak Saleh, franco-iranienne, est avocate au Barreau de Paris, cofondatrice et secrétaire générale de l’association Femme Azadi. Ilana Soskin est avocate au Barreau de Paris et à la Cour pénale internationale, elle représente plusieurs familles victimes du 7 octobre.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *

Aquest lloc està protegit per reCAPTCHA i s’apliquen la política de privadesa i les condicions del servei de Google.

Us ha agradat aquest article? Compartiu-lo!