Jaume Renyer

per l'esquerra de la llibertat

13 de juny de 2024
0 comentaris

Collectif Nous vivrons: « Pour la République, on a trois semaines »

Le collectif Nous vivrons, nascut a França l’endemà de la massacre gihadista palestina del 7 d’octubre contra Israel, es mobilitza contra l’antisemitsime i fa públic aqueix manifest al setmanari Le Point  en vistes a les eleccions parlamentàries avançades al 30 de juny vinent.

On en est où ? Avant ? Juste avant ? Longtemps avant ? Ou ça a déjà commencé ? Et surtout est-ce que vous pensez que l’on peut s’en sortir ? » La Fièvre, la série politique à succès, mais aussi celle avec laquelle nous nous sommes réveillés au lendemain des élections européennes. Celle qui pourrait nous clouer au lit, ou au contraire, celle que l’on pourrait décider de faire redescendre. On a trois semaines.

46,7 % des Français qui ont voté ont fait le choix d’un parti populiste. RN, LFI, Reconquête !. Les extrêmes ont remporté la partie. Est-ce que c’était couru d’avance ? Est-ce que c’est justifié ? Est-ce qu’on aurait pu l’éviter ? C’est une chose de jouer à se faire peur, c’en est une autre de faire basculer la France des Lumières dans l’obscurantisme.

Après plusieurs semaines d’une campagne abjecte qui a placé la haine des juifs pour certains, le rejet des musulmans pour d’autres, au cœur du débat politique et médiatique, c’est la chute : le 30 juin, le Rassemblement national, Reconquête ! et leurs alliés LR, qui n’ont désormais de républicains que leur sigle, pourraient accéder au pouvoir. Pendant ce temps-là, le PS pactise avec les pyromanes de La France insoumise. « L’homme libre est celui qui n’a pas peur d’aller jusqu’au bout de sa pensée », disait Léon Blum, président du Conseil du Front populaire. Le vrai.

Mais ce qui compte, ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. Aucune compromission pour les républicains. Les vrais. Ni facho. Ni facho. Le RN de Le Pen reste le FN de Le Pen. La France insoumise de Mélenchon n’est autre que le porte-voix des idées nauséabondes de Soral et Dieudonné. Nous ne sommes pas dupes. La haine des uns nourrit celle des autres.

La France n’est pas austère. Les Français ne sont pas racistes. Alors que certains voudraient nous faire croire que le vivre-ensemble est un concept démodé, d’autres que lutter pour les droits des uns devrait se faire au détriment de ceux des autres, que nous ne serions que des communautés avec des intérêts particuliers, nous, républicains, refusons l’assignation. Nous faisons bloc.

L’antisémitisme n’est pas une promesse de campagne. Le racisme n’est pas un projet de société. On ne combat pas l’antisémitisme avec des racistes. On ne combat pas le racisme avec des antisémites. Quand l’extrême gauche et l’extrême droite voudraient nous faire participer à l’Euro de la xénophobie, nous les renvoyons aux vestiaires en mobilisant une nouvelle équipe. L’équipe de France.

L’union nationale n’est pas réservée qu’aux compétitions sportives. Soyons au rendez-vous. On ne joue pas avec la République, on la protège. Ce n’est ni négociable ni discutable. On doit faire front. En conscience, en responsabilité. Se retrouver, protéger nos intérêts communs, (re)faire nation, ce n’est pas non plus un vœu pieux. En restant solide sur nos appuis. En ne prêtant allégeance qu’aux valeurs de liberté, égalité, fraternité, qui nous honorent.

Post Scriptum, 19 de juny del 2024.

Michèle Mazel, avui a Tribune Juive:  “Un vent mauvais souffle sur la France“. Le souvenir des années de guerre, de la collaboration, de la persécution et la déportation des Juifs de France s’estompe peu à peu. Les vieux démons se réveillent et font peau neuve pour s’adapter à la nouvelle réalité.

L’antisémitisme et ses manifestations sont interdits par la loi et censés être sévèrement réprimés ? Qu’à cela ne tienne : ils ont un nouveau cri de ralliement : combattons pour la Palestine et luttons contre le sionisme génocidaire. « De la rivière à la mer – du Jourdain à la Méditerranée – la Palestine sera libre » scandent les foules

Finissons-en avec cet État juif, et dans ce but n’hésitons pas à l’attaquer sur tous les fronts. À l’ONU où on prête une oreille complaisante à ses détracteurs ; dans les universités où le long travail de sape de l’Islam a ouvert la brèche, et devant les institutions juridiques internationales mais aussi nationales comme on vient de le voir en France.

Il s’est trouvé un tribunal, saisi par des organisations propalestiniennes, pour interdire aux Israéliens l’entrée à l’exposition Eurosatory. Une interdiction juridiquement intenable en droit français. Il faut dire que le président Macron avait ouvert la voie en interdisant la participation des sociétés israéliennes à cette exposition. « Les conditions ne sont plus réunies pour recevoir les entreprises israéliennes sur le salon français, dans un contexte où le président de la République appelle à ce que les opérations israéliennes cessent à Rafah », avait indiqué le ministère des Armées qui ne s’était pas autrement ému de la participation de la Turquie et de la Chine, puissances hautement pacifiques sans doute.

Mais le tribunal de Bobigny est allé plus loin encore, invoquant l’ordonnance du 24 mai de la Cour Internationale de Justice (CIJ) rappelant Israël à ses obligations au regard de la convention sur le génocide. Le juge n’avait sans doute pas remarqué que ladite cour s’était bien gardée d’ordonner un boycott militaro-commercial à l’encontre d’Israël ou même de demander l’arrêt des opérations militaires à Rafah ; elle n’avait d’ailleurs pas jugé que ces opérations étaient constitutives de génocide. L’arrêt de la cour de Bobigny a été cassé, mais il ne faut pas se leurrer, il y en aura d’autres, compte tenu de l’orientation bien connue de la magistrature en France.

Lisez cette petite nouvelle qui n’a pas fait la Une en Israël : « Sept personnes, dont une journaliste, ont été interpellées mardi 18 juin après leur « introduction » dans les locaux parisiens d’une entreprise « chargée notamment de fabriquer des puces intégrées dans les drones israéliens à destination de la Palestine », selon le parquet de Paris. » À destination de la Palestine ? Quelle Palestine ? Pour le moment d’ailleurs, c’est plutôt le nord d’Israël qui est visé quotidiennement par les drones du Hezbollah. Quant à l’entreprise en question, la fabrication de puces à usage civil et militaire ne constitue qu’une infime partie de ses activités. Cela a suffi pour en faire la cible de quelques fanatiques. Ils ne s’arrêteront sans doute pas là.

Post Scriptum, 1 de juliol del 2024.

Avui a Tribune Juive Pierre Saba alerta: ” Il ne faut pas laisser la France anti-Juive gagner les Législatives”.

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *

Aquest lloc està protegit per reCAPTCHA i s’apliquen la política de privadesa i les condicions del servei de Google.

Us ha agradat aquest article? Compartiu-lo!