Yigal Carmon: No Principles, No Dignity, No Power, No Deterrence

Yigal Carmon és el director de l’observatori sobre l’Orient Mitjà MEMRI, amb seu als Estats Units, el proppassat 19 d’aqueix mes ha publicat el Daily Brief número 198 dedicat a alertar sobre les actituds que el món occidental hauria de sostenir front als vells i nous totalitarismes, especialment el puixant expansionisme iranià que gosa fer befa del capteniment claudicant dels EUA i els estats europeus:

People without principles and dignity do not understand that these are sources of tangible power that create deterrence. People who evade projecting those elements of power are doomed to be deterred by those with dignity and principles – however odious and deplorable – such as Iran, Russia, and China down to the level of Turkey. They treat the US with constant verbal contempt and actual provocations, in the knowledge that they can bait the US with impunity. [1]

The attacks of 9/14 on Saudi Arabia’s oil plants demonstrate this American tragedy. The immediate, tactical targets were Saudi, but they could well have been American CENTCOM targets with a similar level of damage sustained.

Out of the best intentions of sparing America wars, America will inevitably face both “war and shame”. President Trump asked Senator Lindsey Graham “How did going into Iraq work out?” One would have expected the man who restored the bust of Winston Churchill to the Oval Office to consider how did the appeasement policy of Chamberlain work out and what was the cost to the US in lives a few years later. But even the understanding that in a world where America is no longer the guarantor of world order, the American economy will also tank is beyond the qualifications of a great hotelier and real estate mogul.

The 9/14 attacks, correctly referred to by Secretary of State Michael Pompeo as “an act of war”, is a harsh humiliating blow dealt to the U.S., signaling an American multilevel failure:

First, there was a failure of deterrence. The Iranians took a calculated risk and were proven correct. They view themselves the military regional equals of the US and via their proxies even beyond the region.

American military officials openly betray their fear of Iranian power and retaliatory capability on CENTCOM targets and they thus make Trump’s boast that the US is the world’s strongest military power, empty posturing In fact it is Iran that is actually deterring the U.S. from any retaliation. Iran relies on its proven ability to act in the local theater while its results have a global ripple effect.

Secondly, it was a failure of U.S. intelligence (military, NSA, CIA and others). Apparently, there was no early warning about an operation that must have had dozens of parties engaged in the decision process, the secret planning and the preparations. Since May 2019, MEMRI has issued several strategic warnings about the Iranian threats to carry out such attacks, based on open Iranian sources.

Thirdly, the successful Iranian attack represented an American technological failure, as not a single cruise missile or drone was intercepted. Iranian Foreign Minister Jawad Zarif ridiculed the U.S., tweeting “Perhaps [the US is] embarrassed that $100s of blns of its arms didn’t intercept Yemeni fire”.

Fourthly, and most disturbingly, it is a case of political failure – no one in the U.S. administration expected such a bold direct Iranian attack. True, Iran has resorted to proxies to afford it deniability, but now the Iranian leadership has realistically gauged American hesitancy and conflict aversion and believed that Iran could risk making a direct attack, discounting the possibility of strong American retaliation. Considering the global effect of this bold attack, so far, the calculated risk has proven to be a sound bet.

Why The Attacks?

The attacks of 9/14 have nothing to do with the war in Yemen; it is about the U.S. sanctions. Iran is painfully squeezed and tries to ease the sanctions by applying force – for now only against American allies and U.S. interests. Iran will continue to do so until the sanctions are significantly eased, as long as it assesses that the penalty for these attacks is nil or bearable. This is not rocket science and only requires a basic comprehension and not secret intelligence.

What Can Now Be Expected?

1. No deterrent American response against Iran should be expected. Knowing that the U.S. administration will not stand by the Saudis militarily, KSA spokesmen and leaders have refrained from explicitly accusing Iran, and have emulated the UAE leaders, who refrained from pointing a finger at Iran after the attacks on their tankers on June 2019, even when Iranian complicity had been proven.

2. Further Iranian attacks, based on the same Iranian logic, will take place in the future as a result of continued U.S. sanctions, and not due to any reaction by KSA, the U.S. etc. to Iranian attacks.

20/20 Vision

No American can gain from Iran’s humbling of America. Any future president will have to address the Iranian threat and restore America’s power, deterrence, principles and dignity, albeit at a much higher price. The powers of evil cannot be tamed by American self-abnegation. This lesson should have been assimilated in the previous century. With all the justified aversion to Saudi Arabia due to the murder of Khashoggi, Saudi crimes pale in comparison to the mega murders committed by the Ayatollah regime in their ongoing unbridled drive for an Islamic dictatorship. The real threat is Iran’s quest for regional domination and nuclear weapons. Ideally, presidential contenders should prioritize these long range considerations; realistically this is not going to happen.

1] The American loss of dignity was on display in spades when Trump thanked the Iranians for not downing a manned US plane that flew alongside the downed American UAV. No wonder that the Iranians were further convinced of their moral superiority and the justice of their Islamic Revolution ideology.

Post Scriptum, 8 d’octubre del 2019.

La decisió del president Trump de cedir -inicialment- a les pressions de Turquia per ocupar una franja del Kurdistan sirià és un pas en fals més de l’estratègia dels EUA al Pròxim Orient, però a més és un missatge d’efectes devastadors a mig termini pels propis interessos nord-americans ja que els seus aliats perden tota la confiança en els pactes que puguin fer amb els Estats Units, com avui assenyala Avi Issacharoff a The Times of Israel.

Avui, JForum reprodueix una breu però encertada anàlisi de Dov Zerah, un jueu tunisià de nacionalitat francesa expert en relacions internacionals, titulada: “Le desengagement américain“:

Les récentes décisions ou les absences de décisions du Président Donald TRUMP sur de nombreux sujets internationaux dénotent une inflexion méthodologique notable, et un sous-jacent significatif, le désengagement américain, voire la perte de crédibilité de la diplomatie américaine.

Très vite, peu de temps après son élection, Donald TRUMP a dérouté plus d’un responsable ou commentateur. Il est apparu imprévisible, notamment avec des déclarations, des prises de position, des tweets souvent intempestifs… Nombreux sont ceux qui ont alors découvert un des sept livres de Donald TRUMP, publié en 1987, au titre révélateur « de l’art de la négociation » : l’imprévisibilité serait l’arme suprême pour déstabiliser ses adversaires. Je vous en avais parlé le 6 février 2018.

Mais, dix-huit mois après, si cette méthode est peut-être pertinente dans le business, elle ne parait pas applicable dans les relations entre les États, ne serait-ce que parce que la gestion du temps n’a pas la même importance pour une entreprise et un État.

Jour après jour, la ligne directrice est de plus en plus claire. Le Président Trump veut, par tous les moyens, éviter la guerre et ramener les boys au pays, au risque de manger son chapeau de shérif. Au-delà des guerres commerciales, le Président Donald Trump s’est engagé contre les tentatives iraniennes et nord-coréennes de se doter de l’arme nucléaire.

Le schéma est le même sur chaque sujet. Il commence par renforcer le dispositif militaire américain dans la zone ; accentue les sanctions américaines, et si possible internationales ; échange des propos acrimonieux avec ses interlocuteurs…Á ce stade, le questionnement demeure entier : est-ce un préliminaire à un affrontement ou une simple posture pour négocier ? Le bras de fer apparait de plus en plus une tactique de négociation pour arriver en position de force à la table des discussions.

Mais, on ne joue pas impunément avec le feu ! Á force d’avoir joué avec le feu, le Président Donald TRUMP a dévoilé ses cartes. Passons en revue cinq sujets internationaux :

L’Iran en est l’exemple le plus caractéristique. Les Iraniens ont compris que Donald TRUMP ne veut pas la guerre. Ils n’hésitent pas à prendre tous les risques :

Arraisonnement de pétroliers
Attaques des troupes américaines par les milices chiites irakiennes
Destruction d’un drone américain avec une opération arrêtée au dernier moment
Bombardement des installations pétrolières saoudiennes alors que dans le même temps était en négociation une rencontre entre les Présidents américains et iraniens…

Les Iraniens semblent maîtres du jeu. Selon certaines rumeurs, les Saoudiens seraient entrés en négociation par l’intermédiaire des Irakiens. Quelle serait la provocation iranienne qui entrainerait une réaction militaire ? Jusqu’aux élections américaines, les Iraniens vont continuer à agir pour décrédibiliser Donald TRUMP pour le faire perdre, et attendre l’arrivée du successeur pour éventuellement négocier en position de force.

La Corée du Nord. Après moult échanges acrimonieux et menaces diverses et variées, il a accepté de rencontrer à plusieurs reprises son homologue sans rien obtenir.

Contre toute attente, le Président américain n’a pas hésité à bombarder la Syrie, et à reprendre, après l’avoir interrompue, l’aide aux opposants au régime de Damas. Ensuite, il a annoncé le retrait de toutes les troupes américaines, avant de se reprendre, sous la pression du Pentagone, et d’accepter le maintien d’un millier d’hommes.

L’Afghanistan. On a appris cet été que les Américains négociaient avec les Talibans pour sortir d’Afghanistan leurs 14 000 hommes. On ne peut que s’en féliciter ! La réussite de toute intervention extérieure exige le respect de certaines règles dont la définition précise de l’objectif et la limitation dans le temps. L’objectif initial, la mort de Ben Laden, a été obtenue. Demeurer sur place dans le cadre d’une guerre asymétrique n’est pas la bonne solution. La lutte contre les mouvements terroristes passe plus par des actions ciblées et le recours aux forces spéciales que par l’implication de troupes retranchées dans des camps fortifiés. La position américaine s’est considérablement fragilisée. L’opposition de la hiérarchie militaire est publique. Après un attentat, Donald Trump a déclaré le 7 septembre, que le processus était « mort » avant de reprendre les contacts.

Le Venezuela. Malgré des déclarations plus ou moins tonitruantes, et la répétition de l’affirmation de protéger la population vénézuélienne des exactions du régime chaviste, rien ne se passe. Le pays s’enfonce dans une crise humanitaire sans précédent, et une féroce répression policière.

Le gendarme Trump a peut-être fait peur et a incité ses adversaires à la prudence. En effet, l’imprévisibilité peut conduire certains à se dire « on ne sait jamais, ne prenons pas le risque ! ». Mais ce ne semble plus le cas. Après avoir cherché à détricoter les décisions de son prédécesseur, Donald TRUMP poursuit en fait le même objectif avec des méthodes différentes, le désengagement des États-Unis. Cela les fragilisent, écornent leur crédibilité, et déstabilise un monde en plein évolution.

Afegeix un comentari

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *