Notre-Dame i el descontructivisme francès

L’incendi de Notre-Dame de París ha sacsejat la societat francesa fent aflorar reaccions de tota mena, des dels que hi veuen el presagi del declivi de França (cas de Jean Clair) fins als que apel·len al seu ressorgiment, i aquells que celebren el foc destructor de la catedral i tot allò que representa (alguns islamistes autòctons).

De fet, actituds destructives ja s’han produit precedentment, per exemple a les manifestacions dels gilets jaunes s’han vandalitzat l’Arc del Triomf, les terrasses dels cafès dels Champs Elyssés i tota mena de símbols de l’ordre polític i social històricament hegemònic. Es tracta d’un fenomen de llarg abast que té diverses explicacions.

Olivier Vial publicà el proppassat 17 un punyent article a Le Figaro on vincula les reaccions d’alguns estudiants universitaris indiferents o hostils davant aqueix incendi (“l’única església que il·lumina és la que crema” és un eslògan que es veu en pintades a París i a Barcelona) amb l’heritatge intel·lectual del desconstructivisme: “L’indifférence de militants de l’Unef davant Notre-Dame, ou le vrai visage des enfants de Bordieu”. Aqueixa reflexió crítica sobre els efectes nefastos de les teories desconstructivistes val per analitzar els seus efectes a França i també a Catalunya:

«Je m’en fiche de Notre-Dame de Paris, car je m’en fiche de l’Histoire de France.» «Wallah! vous aimez trop l’identité française alors qu’on s’en balek objectivement, c’est votre délire de petits blancs.» Il est 19h59, lundi. Les flammes menacent encore l’ensemble de l’édifice de la cathédrale quand une militante, membre du bureau national de l’UNEF (union nationale des étudiants de France – sic!) se répand ainsi sur Twitter. D’autres membres du syndicat étudiant, longtemps chéri de la gauche, et leurs alliés «antifas» abonderont dans son sens jusqu’à l’abject: «La seule église qui illumine est celle qui brûle». Ce n’est que le lendemain et sous la pression de milliers d’internautes choqués que l’UNEF prendra enfin ses distances avec ces propos.

Si rien n’excusera jamais les auteurs de telles inepties, la diffusion et le développement de cette haine contre notre Histoire et notre identité s’expliquent malheureusement trop bien et puisent leurs racines dans des décennies de lâcheté et d’aveuglement. Comment demander à des jeunes d’apprécier et de respecter ce qu’ils n’ont pas appris à connaître? Notre rapport à l’Histoire, à notre littérature, à notre patrimoine a été subverti par l’action d’idéologues se faisant passer pour des scientifiques. Les sciences de l’éducation, qui en France se sont longtemps résumées à un catéchisme bourdieusien, ont ainsi imposé l’idée folle que les oeuvres classiques, la culture n’était qu’une arme de domination au service de la bourgeoisie. Dès lors, le rôle de l’école ne pouvait plus être de transmettre cette culture, mais au contraire d’offrir les outils conceptuels aux élèves pour s’en émanciper. La chasse aux stéréotypes en tout «genre» fut ainsi lancée, et notre histoire fut convoquée devant le tribunal de l’historiquement et du politiquement correct. L’objectif n’était plus de comprendre le passé pour éclairer le présent, mais de juger le passé sur la base des tabous et des susceptibilités du moment. Cette forme victimaire et culpabilsatrice de l’enseignement de l’Histoire a rendu difficile pour des générations d’élèves la nécessaire appropriation de cet héritage commun. Or c’est celui-ci qui permet de comprendre et de sentir intimement ce qui nous lie les uns aux autres.

Après l’enseignement, ces «bourdieuseries» ont été généralisées et systématisées par les tenants du courant de la «déconstruction». Depuis les années 60, sur les campus américains d’abord, en France et en Europe ensuite, ils se sont employés à donner un vernis «universitaire» aux thèmes initialement développés par l’extrême-gauche autour de la notion d’hégémonie culturelle. Pour le théoricien communiste Antonio Gramsci «l’État capitaliste maintient son emprise sur le peuple par la coercition et le consentement qui est le fruit de l’hégémonie culturelle de la bourgeoisie». Les hérauts de la «déconstruction» vont voir dans toute norme instituée (le couple, la famille, l’école, la culture, la justice, la nation) un vecteur de cette hégémonie, qu’il faut dénoncer et déconstruire pour libérer les minorités, qui, à leurs yeux, ont fini par remplacer le peuple.

Dans cette course sans limite vers la radicalité, la déconstruction s’est également employée à remettre en cause les sciences et notamment la biologie. Ainsi, l’universitaire américaine, Sandra Harding, accuse la science de reposer sur un statu-quo imposé par les élites «afin de maintenir une matrice de privilèges de classe, de genre, de race». Pour se libérer de cela, elle invite à une nouvelle forme d’objectivité scientifique qui s’oppose à la neutralité de la science dominante pour imposer le point de vue des minorités et des marges. Seules les «victimes» de discrimination seraient en mesure de développer une analyse lucide et objective de la société qui les opprime. C’est sur ce fondement, que se développent sur nos campus, avec d’ailleurs la bénédiction de l’UNEF, des séminaires en non-mixité de genres et/ou de races. Cette sorte de théorie, aussi subtile qu’une barre à mine, finit par démolir tout ce que l’on a en commun pour fractionner la société en addition d’une infinité de minorités, instaurant une forme d’apartheid universitaire qui a pour but de faciliter la nécessaire mobilisation de celles-ci.

Comme le souligne Mathieu Bock-Côté, «loin de se dissoudre dans les marges, cette critique s’est radicalisée depuis le début des années 2000» et a fini par transformer «la haine de l’Occident en savoir scientifiquement reconnu.» Le courant décolonialiste apparait comme une étape de plus: l’objectif étant de déconstruire les rapports sociaux et la culture selon le prisme de la «race» et du rapport colonisés / colonisateur. En quelques années, ce courant s’est solidement implanté dans nos universités, imposant sa discipline dans la maquette de certains diplômes, bénéficiant de financements publics et de créations de postes. Son influence dépasse désormais le seul cercle «scientifique» comme en atteste l’activisme de l’UNEF en la matière. C’est sous l’influence de cette idéologie que le syndicat défend désormais les séminaires en non-mixité, fait interdire la pièce de théâtre, les Suppliantes d’Eschyle, en se basant sur les concepts décolonialistes de «blackface» et «d’appropriation culturelle», ou encore lance une vaste campagne sur les campus français pour dénoncer «une société organisée pour les blanc.he.s» et «les programmes d’histoire occidentaux-centrés».

Pendant trop longtemps, la classe politique, et la droite en particulier, s’est montrée totalement indifférente face à la poussée de ces thèses. C’est un débat entre «intellectuels»! Laissons-les débattre du sexe des anges! Cela fait plus de dix ans que nous avons mis en garde contre cet enrégimentement de pans entiers de nos disciplines universitaires. Mais, comme Cassandre, nous n’avons pas été entendus.

Aujourd’hui, les tweets de cette responsable de l’UNEF, comme d’ailleurs ceux de nombreux autres jeunes sur les réseaux, montrent que ces théories, bien que fumeuses, finissent toujours par infuser dans la société. En laissant ainsi se développer dans nos écoles et nos universités des théories qui visent à opposer les uns aux autres, à entretenir une culture victimaire et à démolir nos valeurs et notre héritage commun, on entretient et on renforce les fractures communautaires. À défaut de prendre rapidement ces théories au sérieux pour enfin les combattre, il est à craindre que la bravoure des pompiers ne puisse à l’avenir prévenir l’embrasement de notre société.

Post Scriptum, 21 d’abril del 2019.

Avui, Le Figaro informa d’un estudi demoscòpic del qual en resulta la dada segons la qual la majoria dels francesos són contraris a la proposta de treballar més hores per setmana, això en un dels estats on la reducció de la jornada laboral és considerat un objectiu de progrés. França té una de les economies més intervingudes pels poders públoics d’Europa, que fa trenta anys va poder generar una classe mitja nombrosa i prospera, però avui aquell model s’ha exhaurit i el proteccionisme públic té les seves limitacions quan manca el sentit de la pròpia responsabilitat i el treball. L’Estat ha d’ferir la possibilitat que les persones puguin desemvolupar el particular projecte vital i productiu i evitar els abusos dels mercats desregulats, però en cap cas permetre la victimització sistemàtica i generalitzada de la ciutadania que només exigeix -a vegades violentament, com és el cas dels gilets jaunes-solucions a la col·lectivitat.

Post Scriptum, 17 de maig del 2019.

Élisabeth Lévy és entrevistada avui per Le Figaro: “Un mois après Notre Dame, la morale post-nationale triomphe plus que jamais”.

Afegeix un comentari

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *