Anotacions a l’article del general Bertrand Soubelet: “Il faut agir et reprendre l’initiative sur notre propre sol”

Ahir el general francès Bertrand Soubelet va publicar un article frapant a Le Figaro preconitzant una acció militar ofensiva en la guerra contra el jihadisme no solament a l’exterior de la República francesa sinó al seu si.

Aqueix general ocupà llocs de comandament a la Gendarmerie Nationale, fins que fou destituït l’any 2013 per les crítiques obertes a la política de seguretat del Govern i al funcionament de l’administració de justícia. A partir d’allavòrens publicà dos assaigs, “Tout ce qu’il ne faut pas dire” (Plon, 2016) i “Sans autorité, quelle liberté?” (Éditions de l’Observatoire, 2017) i té vocació d’intervenir en la vida política com ho demostra aqueix article.

França està implicada militarment en la guerra contra les organitzacions jihadistes a les seves antigues colònies i ha de fer front al jihadisme emergent a la metròpoli en un context de crisi d’autoritat de l’Estat i amb l’aparició del fenomen que Georges Bensoussan ha definit com a territoris perduts de la República.

França té milers de jihadistes a les files del Califat Islàmic a Síria i més de vint mil individus que, en solitari o organitzadament, poden potencialment cometre atemptats terroristes com els de Nissa o París. Una situació que no és equiparable a la del jihadisme al Regne d’Espanya, però que si -com propugna el general Soubelet- la intervenció de l’exèrcit s’intensifica el govern de Madrid pot fer-la servir en un futur, amb l’excusa del jihadisme, per ocupar militarment Catalunya, un propòsit que va planar sobre el nostre país el 17 d’agost de l’any passat. Dit això, l’article del militar francès és aqueix:

Les séquences se suivent et ne se ressemblent pas. Après le drame de Trèbes vient l’engagement discutable de la France en Syrie. La France agit avec célérité à l’extérieur, mais quid de l’intérieur ?

Le comportement héroïque du colonel Beltrame a indéniablement sonné le glas du déni et de l’indifférence.

Pour ceux qui veulent bien ouvrir les yeux il a mis en évidence nos propres contradictions et les insuffisances de la réponse de l’État aux menaces de dislocation de la société française.

Nous avons franchi un palier. Dont acte. Et maintenant? Irons-nous plus loin dans la résolution de nos difficultés intérieures qui sont prioritaires pour la majorité des Français?

Il faut agir, non pas de manière désordonnée et animés par un sentiment issu d’une vision médiatique déformante, mais avec méthode et il est temps que le gouvernement indique la sienne et la mette en œuvre.

J’ai lutté toute ma vie contre la criminalité dont le terrorisme est une forme paroxystique. Cette expérience permet d’avoir une vision assez claire des enjeux, des processus et des erreurs à ne pas commettre.

La plus grave serait de basculer dans la haine de l’Autre vers laquelle certains responsables politiques nous amènent insidieusement. Elle se ressent déjà tous les jours avec des réactions dans la rue, dans les magasins et sur les réseaux sociaux. Une haine aveugle, irrationnelle qui ignore le discernement et qui s’exprime de plus en plus ouvertement.

Or, pour que le combat soit efficace et victorieux il est nécessaire de garder sa lucidité. Lucidité ne veut pas dire faiblesse, déni ou naïveté mais plutôt détermination et courage.

Il faut agir et reprendre l’initiative.

Cela ne veut pas dire que nous devons tout attendre de l’État. Nous sommes en «guerre» et chacun doit se mobiliser.

La première bataille à mener est celle des esprits. Elle se résume en trois phrases:

– Une lutte contre nous-même afin de sortir définitivement d’une certaine torpeur fataliste ;

– Un combat contre l’indifférence choisie au nom de la tranquillité et du confort personnel ;

– Une offensive contre la résignation, le laisser-faire et la bien-pensance, qui gouvernent la France.

La gravité de la situation intérieure doit inciter chaque Français à réagir individuellement au quotidien face à l’inacceptable. Ne détournons pas les yeux quand une agression ou un événement se produit. Réagissons de manière citoyenne. Résistons. Sans haine mais avec détermination.

Il ne s’agit pas d’exposer sa vie au quotidien mais tout simplement de réagir ne serait-ce que par la parole. Nous devons gagner cette bataille des esprits. Mais il faut également que l’État tienne toute sa place et mène sans relâche le combat contre toutes les formes de délinquance. Car le terrorisme islamiste est indissociable de la délinquance.

C’est la guerre contre toutes les formes d’atteintes à l’autorité de l’État et le rétablissement de l’ordre républicain sur tout le territoire sans exception.

La lutte contre l’islamisme radical est une partie importante de ce combat global.

Le gouvernement a le devoir de se doter des moyens de l’action pour conduire cette guerre. La police de sécurité du quotidien n’y suffira pas.

L’objectif est de sécuriser notre territoire et de mettre fin à des situations et des organisations qui, s’appuyant sur des trafics favorisent parfois l’émergence du terrorisme.

Ce sont donc des termes militaires qu’il faut employer.

Il s’agit de neutraliser l’ennemi et pour parvenir à ce résultat concevoir une manœuvre d’ensemble fondée sur la connaissance du terrain et le renseignement dans la profondeur.

Dès lors avec une concentration des moyens il faudra traiter successivement un certain nombre de zones et d’objectifs en fonction des priorités.

Pour mettre cela en œuvre un travail préparatoire sera nécessaire. Il permettra de définir la méthode, le tempo et les conditions juridiques de l’action.

Avant tout, donnons-nous les moyens juridiques d’agir.

Nous sommes sortis, à juste titre, de l’état d’urgence puisque les dispositions de droit commun ont évolué. Mais pas suffisamment pour donner tous les moyens, sur un territoire donné, de traiter les questions de sécurité nationale dans des délais raccourcis. Or ni l’état d’urgence ni l’état de siège ne correspondent juridiquement et politiquement à la situation que notre pays connaît.

Il est capital de faire coïncider nos règles juridiques à l’état de notre société sans se faire intoxiquer en permanence par des lobbies droits-de-l’hommistes et des juristes déconnectés de la vraie vie qui veulent nous imposer des normes contraires aux intérêts du peuple français.

Guillaume Bigot, dans sa tribune dans Figarovox le 29 mars dernier, a fait le point sur cette question.

Il est donc nécessaire d’instituer un nouveau régime juridique particulier, limité dans l’espace et dans le temps, pour permettre le déploiement et la mise en œuvre de moyens adéquats. Placées sous l’autorité directe du gouvernement avec la prééminence d’un chef opérationnel désigné, des forces seraient déployées sur le territoire considéré et bénéficieraient notamment d’une équipe de magistrats pour renforcer temporairement la juridiction du lieu.

Il s’agirait d’un «état de contrôle renforcé» qui pourrait être déclenché dans des situations de deux natures différentes. Dans les zones urbaines connaissant des difficultés de sécurité publique et dans d’autres zones du type ZAD dans lesquelles l’ordre public ne peut plus être assuré dans des conditions normales. Notre-Dame-des-Landes en est la parfaite illustration.

Dès le fondement juridique institué il appartiendra au gouvernement de déployer temporairement des moyens sur certaines zones déclarées par décret en «état de contrôle renforcé» afin de les traiter en profondeur en concertation avec les élus et les autorités locales.

Cette force modulable d’environ 800 à 1000 personnes serait composée de gendarmes, de policiers, de militaires, de magistrats, d’éducateurs, de psychologues notamment.

Une telle volonté de traiter le mal en profondeur n’est pas une option ; c’est une nécessité pour notre pays. C’est avec pragmatisme et une méthode rigoureuse que nous éviterons le pire qui se prépare dans certaines parties de notre territoire. Reculer l’échéance augmentera très significativement les violences potentielles à venir.

Une deuxième mesure serait efficace pour traiter spécifiquement les islamistes radicaux en mettant fin aux querelles juridiques: c’est la transposition dans le titre 2 du chapitre IV des dispositions de l’article 411-4 du Code pénal. Avec une nécessaire adaptation, cela permettrait d’appliquer une peine extrêmement lourde de 20 ou 30 ans de réclusion pour des individus agissant ou se réclamant d’une puissance ou d’une organisation étrangère à caractère terroriste dans le cadre de la préparation ou de l’exécution d’une action criminelle. C’est l’intelligence avec l’ennemi dans un cadre terroriste.

Il serait également de bonne politique d’introduire dans la notion d’apologie du terrorisme un délit punissant la détention et l’action de brandir publiquement des drapeaux et emblèmes représentant des organisations terroristes.

Ces propositions relèvent du bon sens et du pragmatisme. Il ne fait aucun doute que s’élèveront des voix pour dire que cela n’est pas possible ou pas opportun. Ce sont les voix de ceux qui nous ont menés dans la situation actuelle.

Or personne ne se soucie des millions de Français qui vivent dans des parties du territoire où la loi républicaine ne s’applique plus depuis bien longtemps. Eux ont compris, puisqu’ils supportent au quotidien une forme larvée de totalitarisme. Eux sont déjà en résistance et contemplent, atterrés, la dégradation de la situation et l’impuissance de l’État.

C’est leur voix et celle de tous les Français qui ont décidé de résister que le gouvernement doit entendre.

Post Scriptum, 29 de maig del 2018.

Aqueix és el balanç dels atemptats jihadistes a França del 2015 ençà.

Post Scriptum, 13 de juliol del 2018.

El proppassat 4 d’aqueix mes es va presentar al Senat francès el report de la comissió d’estudi sobre l’organització i els mitjans dels serveis de l’estat per a fer front a l’evolució de l’amenaça terrorista després de la caiguda de l’estat islàmic.

Afegeix un comentari

Deixa un comentari

L'adreça electrònica no es publicarà. Els camps necessaris estan marcats amb *