Sur le français

?Je commence un nouveau cours universitaire de philologie catalane, avec une nouveauté : la matière de Français I. C’est ma rencontre avec une langue qui avait très abandonnée après l’avoir étudiée pendant la longueur de mes études secondaires des 60 et 70. Toujours, cependant, elle a été plus présent à ma vie que pas du tout l’anglais : j’ai des parents français, française était -et est- l’entreprise où mon père travaillait, à la maison entraient des revues françaises (Jours de France, Elle) qui nous éloignaient de l’obscurité franquiste et nous passaient à la diaphane Europe, ni que ce soit via des modes, de la cosmétique et de la gastronomie…

C’est une langue qui m’a toujours plu: ellesonne bien” (comme l’italien ou le russe), elle fait la compétence à l’obsessionnelle domination de l’anglais et, en plus, c’est une langue avec des tours très expressifs. Il me plaît de les utiliser, au risque de paraître un point pédant: avant la lettre, au dessus de la melée, épater le personnel, mise en scene

Non, je n’oublie que, avec le castillan, c’est langue d’occupation (premier militaire, après social) à notre pays. J’essaye d’en être conscient toujours. Sur la minorité du catalan en face du français je rappelle avoir vécu personnellement une situation il y a beaucoup d’ans, à l’Universitat Catalana d’Estiu, à Prada. Une chanteuse française y opérait, la Marivona, en interprétant des pièces en catalan mais en les présentant en français, sa langue maternelle. Elle a reçu des sifflements d’un secteur du public (n’oublions pas, indépendantistes, années 80, Prada). Laissant en marge l’adéquation ou non d’houspiller une interprète que ne peut ou ne sait pas parler la langue du pays où elle est, le petit incident révélait comment elle en est de complexe la question linguistique, partout et dans toutes les occasions.

Mais c’est déjà une autre question. Et maintenant je dois faire les devoirs. On nous demande une présentation orale. Mon Dieu!

[Comme j’ai déjà fait avec un article sur l’aranais, je publique celui-ci avec double version catalane et française]

Entorn del francès

Començo un nou curs universitari de filologia catalana, amb una novetat: l’assignatura de Francès I. És el meu retrobament amb una llengua que tenia molt abandonada després d’estudiar-la durant el llarg batxillerat dels 60 i 70. Sempre, però, ha estat més present a la meva vida que no pas l’anglès: tinc parents francesos, francesa era -i és- l’empresa on treballava el meu pare, a casa entraven revistes franceses (Jours de France, Elle) que ens allunyaven de la foscor franquista i ens apropaven a la diàfana Europa, ni que fos via modes, cosmètica i gastronomia…

És una llengua que sempre m’ha agradat: “sona” bé (com l’italià o el rus), fa la competència a l’obsessiva dominació de l’anglès i, a més, és un idioma amb uns girs molt expressius. M’agrada usar-los, a risc de resultar un punt pedant: avant la lettre, au dessus de la melée, épater le personnel, mise en scene…

No, no oblido que, juntament amb el castellà, és llengua d’ocupació (primer militar, després social) al nostre país. Procuro ser-ne conscient sempre. Sobre la minorització del català enfront del francès recordo haver viscut personalment una situació fa molts anys, a la Universitat Catalana d’Estiu, a Prada. Hi actuava una cantant francesa, la Marivona, interpretant peces en català però presentant-les en francès, la seva llengua materna. Va rebre xiulets d’un sector de públic (no ho oblidem, independentistes dels anys 80, a Prada). Deixant al marge la procedència o no d’escridassar a un intèrpret que no pot o no sap parlar la llengua del país on està, el petit incident revelava com n’és de complicada la qüestió lingüística, a tot arreu i en totes les ocasions.

Però això ja és una altra qüestió. I ara he de fer els deures. Ens demanen una presentació oral. Mon Dieu!

[Com ja vaig fer amb un article sobre l’aranès, em fa gràcia publicar aquest amb doble versió catalana i francesa]